le ski autrement

Auteur/autrice : Jean-François Page 1 of 3

Tour de l Albaron

Tour de l Albaron

 

 

11-13 avril

Patrick R Patrick M François Jean-Michel Jean Francois et Baptiste le guide

4 jours sans l’Albaron.

La recette d’un bon raid : un bon guide, un bon groupe, un beau site, et une belle météo….

2 participants d’expérience, 3 novices, voila qui nous a permis grâce à la bonne volonté et la patience des premiers   de passer 4 beaux jours… bien intense pour les 3 derniers.

 

Jour 1

Départ 6 h 30 des Tuileaux avec le fourgon de Francois.

Rencontre avec le guide pour le parcours vers Bonneval

Départ 9h 30 pour le refuge de Evettes … qui n’est pas inoubliable. Ça tombe bien c’est sa dernière année.

Petite pause casse-croute puis une tentative de sortie l’apm en direction de la pointe de la Disgrace. On n’a pas idée de vouloir skier par des températures d’un mois de juillet. 2 novices prudent rentrent un rien plus vite pour une petite bière, c’est plus raisonnable.

Bonne note pour le repas aux Evettes… et le coin chauffé du refuge. Pour le reste….

 

Jour 2 histoire de Chaussettes

Départ 6 h 30 pour la selle de l Albaron et le refuge d’Averoles

Montée par le glacier dans un cadre exceptionnel.  A peu près 1000 m … mais au-dessus de 2600m . Voila qui nous prend un peu de temps. Cela ne permettra pas d’aller via l’épaule au sommet pour les pros.

Arrivé à la Selle de l’Albaron, on vérifie que côté italien c’est la misère. Pas de retour d’est depuis le début de saison.

Direction le pointe de Colerin (3475m) … à pied sur 200 m. qq peu de désescalade facile et on chausse pour une belle descente. Trop proche de la chute de neige de samedi avec des températures trop élevées, tout est réuni pour une descente bien pourrie jusqu’à 2700 ou on s’arrête pour le pic nic. Francois décide entre de tenter un lancer de chaussettes qui nous a occupé bien 5 minutes à la regarder descendre sur bien 150 m. On aurait dit un écureuil courant sur la neige. (Belle animation, merci Francois.

On repart vers Averoles avec un petit détour bien sûr pour Francois. Quand tu n’as que 2 paires, ça motive. Une neige moins pire pour aller vers le refuge à 2210 m.

Bière en terrasse au soleil, douche possible, dortoir de 12 pour le groupe de 5, des lasagnes à la hauteur, (même si Patrick M en aurait bien repris) … bel apm

 

Jour 3 So british

Départ sans surprise à 6 h 30 pour la pointe Marie 3313 m

Depuis les Evettes on cheminait avec 4 anglais et leur guide. Partis avant nous du refuge on les croise en chemin (comme la veille et le lendemain) grâce selon le guide à notre maitrise technique des conversions. Eh oui des vraies guenilles ces anglais, nous on est formés par MSR !

La pointe Marie avalée on profite de la vue coté Italie et les accrocs du téléphone récupèrent du réseau …enfin un tout petit peu de réseau. (Les jeunes avec leur portable, c’est qq chose). On descend sur une neige poudreuse excellente sur le glacier d’Arnes.

Lors de la descente, Baptiste nous apporte qq conseils sur la descente avec l’ouverture Stem … qui nous parle vu nos âges respectifs et sa bonne utilisation pour une descente fluide.

Retour de bonne heure pour un repos

 

 

Jour 4 piolet et …GIGN

Départ 6H 15 pour le retour à Bonneval par le glacier du Vallonet.

Jean Michel se rend compte au bout de 100 m qu’il a oublié son piolet. Il nous fait un aller-retour à une vitesse supersonique.

Montée matinale à la fraiche qui se termine avec Crampons sur les 100 derniers mètres. L’horaire ne permet pas a priori de faire l’Albaron. Encore une petite frustration pour nos 2 pros mais on repart pour une excellente descente.

Vers 2500 un petit verrou avec qq pierre interpelle le guide. Nous voilâ  partis pour descendre le long de la corde en dérapant version GIGN, mais en moins rapide !

15 h à la voiture 15 h 30 à la bière et au café pour le chauffeur

Photos 

 

Belle course avec un grand merci à Baptiste et un clin d’oeil à Guy qui n’a pas pu se joindre à nous

Grand Colon

 Erwan Bret Jean-François

1400 m

Vendredi entre les séjours en cours, les séjours à venir, voilà une permanence désertée, mais Philippe B est heureusement présent pour assurer le bazard. Il se bat … comme on le fait tous à chaque fois avec le téléphone.

On a la visite de Christine qui nous donne des nouvelles du président via qq photos de leur séjour en Géorgie.

Sans trop d’infos notamment sur Skitour sur le sorties du jour , sauf que le BERA est au plus bas ou presque …ce qui est une bonne nouvelle, on se cale sur le Grand Colon, le truc pas loin, un rien long que l’on se doit de faire mais pour lequel le Bera à 2 est un grand maximum.

Erwan propose le passage par l’épaule W qui serait la voie normale…le tout validé par Jean Michel passé chercher l’indispensable radio que tout le monde utilise … Pour une fois qu’on allait la prendre.

A noter que l’épaule W n’est qu’une des variantes pour ce mythique sommet grenoblois et qu’il en existe une plus facile.

On se cale pour 8h30 aux Tuileaux en espérant que ce ne sera pas trop … tôt pour laisser décailler la neige. Finalement cela n’aurait pas changé grand-chose.

Coté neige… ce ne sera pas la sortie de l’année, on s’est adapté en redescendant coté Merlat . Un peu de portage au départ à 9h15 de la voiture du hameau de Freydieres jusqu’au 4 chemins.

Entonnoir, épaule,   des mots qu’on entend quand on parle du Grand Colon. Quand on est dedans, on comprend bien qu’avec un Bera conséquent, le coin est à éviter. On monte tranquille , sans encombre … mais quand on arrive en haut on se dit qu’on était pas top à l’aise avec les pentes aval dans les traversées pour certains à petits pas ou dans les conversions dans le pentu et dans cette neige ni gelé , ni transformée.

Au sommet  vers 13 h , au vu de la neige qui ne se transforme pas, on  décide de faire une boucle pour rentrer : lac merlat, refuge de la Pra, lac du Crozet et … portage, chaussage , déchaussage par tronçon de cent mètres…

Belle descente à Ski au départ notamment.

Conditions météo parfaites,

conditions de neige… pas parfaites,

quantité de neige parfaite en haut

quantité de neige en forêt … loin d’être parfaite

équipe du jour , bière,  limonade , transport, vue sur Grenoble,  ambiance …. parfaites

 

Retour à la voiture 16 h 30

Devant la bière et la limonade locale à la Gelinotte, on se dit que ce coin est vraiment plein de ressources  pour plein de randos mais que son accès se mérite et que la base du refuge de la Pra est une super idée !

A proximité de Mont Chat

Mont Chat  

En fait, Un peu à côté et un peu en dessous pour une arrivée   à 2600 m

1200 m Christine C  Gérard Patrick M Brett Jean-François

Pour ceux qui étaient sortis le vendredi … il ne peuvent que témoigner de la neige pourrie après la pluie à plus de 2000. Les comptes-rendus de Skitour ne sont pas beaucoup plus engageants Autant dire peu de propositions.

 

Direction Roche Jaille, décidé à la permanence de samedi sur proposition de Patrick M

On vise Roche Jaille au départ de Beaune (St Michel de Maurienne) en se disant que le soleil va réchauffer la neige, (… encore faut-il qu’il y en ait), que le départ se fait sur une route et quand même à 1400.  

Pas de difficulté pour permettre à Gérard de faire une première sortie en confiance

7 vendredi, 2 défections pour se retrouver à 5. Quand tu as 120 kms à faire autant remplir la voiture ! Ce fut le cas pour un trajet masqué certes, fort sympathique malgré un départ à 7h30.

Histoire d’impressionner le nouveau … on commence par ne pas se garer au bon parking après le village de Beaune, mais il s’avèrera que ce sera le bon choix finalement.

On se lance à 9h 15 en direction de la chapelle Sainte Marguerite entre les plaques d’herbe mais rapidement il y a assez de neige. Le début est un peu cassant pour les premières conversions de Gérard.

Ensuite comme on s’est trompé de parking on doit tracer en direction de la croix de Peshamin.

Histoire d’impressionner le nouveau… on se rend compte que Roche Jaille, ça nous fait un peu loin et on décide de changer d’objectif en direction de Mont Chat après un briefing très structuré.

En dessous d’un petit col …sans nom Gérard propose de nous attendre pour se reposer avant la descente.

Nous voila à 4 pour finir et aller à un sommet sans nom dans un vallon sans nom 200 m en dessous de Mont Chat. Vue exceptionnelle commentée par Patrick qui s’avère être un expert Maurienne. On se dit que le coin à de la ressource.

On redescend manger un bout avec Gérard. Il est inquiet pour la descente car c’est une reprise pour lui. Brett avait un anorak rouge et se transforme logiquement en mono ESF. Super descente sur quasi toute la longueur sur une belle moquette.

Ensuite histoire ménager le nouveau on décide de descendre par la route… et faut bien le dire elle ne prenait pas la bonne direction. On insiste, tout en maitrise, et on retrouve la voiture à coté de laquelle Patrick avait subtilement entreposé une bouteille au frais fort bienvenue.

Belle sortie dont le seul défaut est d’être un peu loin

 

massif de la Lauzière – Meylan ski de rando

No Description

 

 

Breche de la Roche Fendue depuis le Rivier

Christine C  Bernard Paul Jean-Michel Jean Francois

Une permanence dynamique ce vendredi pendant laquelle Paul propose la brèche de la Roche Fendue au départ du Rivier le dimanche et oui ce sont les vacances, pas facile de circuler

Débat sur ce passage de la forêt au départ du Rivier qui font réfléchir Aline qui parle d’expérience, Martine qui s’interroge par manque d’expérience….

Eh ben on confirme la forêt on se l’est faite à pied (1 h de marche pour s’échauffer) à l’aller et au retour . Autant  en baver euh non en profiter !

 

Une fois sorti de la forêt, comme toujours on est récompensé, un cadre exceptionnel, une  belle montée au soleil,  une bonne neige sans réel besoin des couteaux. Personne ou presque. On se fait doubler par des avions italiens… mais des jeunes !

Descente au top … jusqu’à la forêt avec une pause repas au soleil. Bonne voire excellente neige par endroit

Çà mérite bien de se taper la forêt, même si on apprend dans la voiture que Roche noire dans le même coin, c’est tout aussi bien et  tu évites la forêt….merci Paul et Jean Michel

Un peu de neige serait pas mal pour retourner dans ce coin

 

massif de Belledonne – Meylan ski de rando

No Description

 

 

 

Le petit Som ou presque

1170m de dénivelés avec un petit coup de reviens-y pour la poudreuse en   excellentes conditions dans la prairie sous le col de la Ruchère.

 Véronique Nicole Carine Sylvie François Paul Jean-Luc Bruno Marc B Éric Jean-François

 

le 13 Janvier

Une météo propice, un froid sec, un enneigement récent à basse altitude… pourquoi ne pas démarrer une rando basse altitude  .

860 m au parking de la Correrie, skis au pied, ce n’est pas couvent… euh souvent pour les jeunes du club qui skiaient encore peu au siècle dernier.

Objectif une boucle pour aller au petit Som par Bovinant et retour par la prairie du col et le Habert de Billon

 

Le jour des « presque »

On est parti à 8 h ou presque avec 2 retardataires aux Tuileaux

On est parti pour monter par Bovinant ou presque, on s’est raté à Casalibus et ce même avec des expérimentés du coin.

On a fait le sommet ou presque puisqu’on a raté le bon vallon et qu’une barre rocheuse nous faisant face sur la fin. On a depeauté en dessous.

On a mangé tous ensemble ou presque puisque 2 virtuoses ont taquiné la poudreuse sur qq virages en plus pour mériter nos applaudissements

On est rentré ensemble ou presque, un chauffeur avait une contrainte à 15 h30.

 

Mais on a tous profité de cette poudreuse dans la prairie du col de la Ruchere et du cadre exceptionnel.

Et notre photographe était là …

Orionde par les Col des Mouilles

 

Marc B Jean-Francois

En gros 1000 m de dénivelé  pour 7 kms

La météo ne nous laisse pas le choix cette semaine. Faut y aller !

Deux personnes inexpérimentées se donnent rendez-vous à 8h 30 pour une grande classique … à ce qui parait : Orionde

Le truc que tu ne proposes pas aux permanences car tu te dis que tout le monde l’a déjà fait tant de fois. Et ben nous non. C’est vous dire si on est encore des novices

Depuis le col des mouilles cela ne doit pas se faire si souvent. Pas de souci de neige ce mardi. La montée en forêt des Brandieres est plutôt sympa bien qu’à l’ombre.

Très bonne neige pour toute la fin à partir de 1600 m tant à la montée qu’à la descente. Soufflée un peu en haut puis poudreuse.

Avis de  débutant,   Orionde  par les mouilles, une sortie à  ne faire effectivement qu’en cas de neige à basse altitude sinon le forêt doit paraitre  longue. En ce moment c’est tout bon.

 

Il faut qu’on vous avoue que vous savoir toute cette journée  en dessous d’un brouillard bien dense nous a …. bien embêté, enfin presque.

Cime de la Jasse par Pouta

 

Une petite dernière à 9 puis  8 ,  5 puis 4 , 3 , 2… et 10 au bar le3 avril

 

Christine C, Christine J, Florence, Philippe G, Pierre, Bjorn, Brett, Marc B, Paul, Jean-Francois

 

Après la morosité du discours du grand gourou national mercredi, Christine C propose de tenir toutes le permanences d’avril, c’est-à-dire celle de vendredi 2. Bonne idée et merci pour l’initiative qui fédère du monde à la permanence.

Choix rapide et consensuel de la course à la Jasse par le coté Nord. Paul,  l’expérience aidant    signale que le rafraîchissement va peut être conduire à une peu de neige dure , mais il ne le dit pas fort et on part du coup un peu tôt (pour la neige) et dans la bonne humeur  vers 7 h des Tuileaux à 8.

7H 50  départ de la voiture et çà discute déjà de la meilleur option : par les pistes du bas à l’ombre dans le trou .. ou par la piste de Clapiere lumineuse avec vue splendide  et ensoleillée. Pffff !!!

Au dessus de lac de la Jasse, il faut bien reconnaitre que le petit vent frais et l’absence de soleil rendent la neige un peu dure.

Bjorn opte pour le col de la Pouta, bientôt rejoint pas Christine J et Brett.

Le groupe de 5 passe un premier petit raidillon un peu pentu. Paul fait une petite glissade vite rattrapée  , Christine C bricole avec son bâton, Pierre ne semble pas apprécier le coin. Vers 2100 on fait un petit point au soleil. Pierre rejoint l’autre groupe.

Le soleil gagne un peu de terrain et nous incite à continuer à 4. Personne devant, ni derrière. On arrive dans le combe finale. Paul , blasé…,  qui a déjà fait la Jasse cette semaine décide de reposer son genou récalcitrant.  Nous voilà 3. Christine enchaine les conversions en pente plus raide … mais bricole encore avec son bâton et décide de s’arrêter. Marc et moi, qui avions aussi fait la cime de la Jasse la veille, conscient que nous étions les chauffeurs choisissons de s’arrêter pour un regroupement général.

Descente correcte puis très correcte au voisinage du lac . Pique nique de rigueur vers le Lac et une occasion de trinquer avec Paul pour ses septante-neuf et un vieux fond de Vulneraire apporté par Christine.

Attention Pique-nique très Covid à 2 m les uns des autres, bien alignés vu qu’on   était plus de 6 sur la voie publique .

On retrouve Florence et Philippe dans la dernière descente ; heureusement le président est là car je m’y perds dans la composition du groupe

 Bjorn nous dit que le bar à coté du télésiège propose des bières à emporter. Merci à lui et pour le pot offert à tous qui nous permet  a priori de clore dans de très  bonnes conditions  la saison comme demandé par le gourou ci-dessus nommé.

 

PS il nous reste les sorties à moins de 10 kms  mais pour la neige …

la peau de Chamechaude

Sylvie, Marc B, Richard,  Jean-François

 

Richard meneur de la permanence de mercredi   propose pour sa reprise un petit Chamechaude pour une dernière de la saison en Chartreuse. Finalement on se rend compte qu’on n’y va pas si souvent et pourtant cela reste un cadre exceptionnel à 1/4 d’heure .

  Départ des Tuileaux à 7 h 30… ce qui est bien trop tôt pour la neige un peu dure, un peu tard pour être rentré pour l’apéro,  la bonne heure pour éviter le pique nique . Personne n’est d’accord mais ne dit rien. Disons que 9- 10 h aurait été peut-être mieux

Va pour 7h 30 et du coup,  à 8 h sur les skis (tout neufs)  pour Richard, Sylvie, Iron Marc et votre serviteur.

Eh oui Marc skie 5 jours sur 7 ou presque , Hier il s’entrainait pour Belle Etoile avec coach Paul, la semaine dernière en séjour , plus rien ne l’arrête sauf peut être …

Bon on ne va pas se le cacher la neige n’était pas poudreuse mais il y avait juste le nécessaire avec les couteaux pour aller en haut en 2 petites heures et ne croisant pas grand monde. Sylvie prend le temps de saluer de loin qq chamois de sa connaissance étant une pro du coin.

On bricole et on discute entre deux tas de pierres au soleil pour dépeauter avec un vent assez fort.

Descente correcte en cherchant les endroits non trafolés (il y en a )  mais surprise on attend Marc qui d’habitude skie tout en douceur et facilité. On pense que c’est peut être ces courses répétées qui fatigueraient notre homme. Eh ben non

Arrivé quasi en bas , il se rend compte qu’il n’a enlevé qu’une des 2 peaux … et lui qui se disait que ces skis ne valaient plus rien.

Vous l’aurez compris , on ne pouvait pas ne pas faire de compte rendu de ce moment de gloire de notre champion des guenilles de la semaine.

Retour tranquille à la voiture avec  un Marc retrouvé !

 

Grand Eulier

Le Grand Eulier

 

Christine C, Patrick R, Marc B, Jean François

 

Après une réunion zoom remarquée pour Patrick … c’était une première, nous voilà partis à 5 pour le Col de la Petite Vaudaine en fin de réunion.

Au petit matin … pas si petit car il est 7h30, nous voila partis des Tuileaux à 3 finalement et on récupère au passage Christine pour se garer à Casserousse.

Là, plein de neige pour partir de la voiture, eh oui !

Bon il fallait bien une guenille… ce fut moi qui avait laissé ses bâtons aux Tuileaux bien rangés dans le coffre à Meylan. Mais à MSR il y a de la ressource. Grâce à la gentillesse de Marc et Christine, un petit aller-retour chez Christine pour récupérer des bâtons. Autant vous dire que je me suis fait discret.

Belle montée qui passe partout sans déchausser par le lac des pourettes et la brèche nord. Au vu de la mauvaise qualité de la neige, on hésite et on se limitera au Grand Eulier pour redescendre par la face est vers 11h. Belle descente.

On confirme qu’on en restera là, le soleil est plus généreux que la veille mais   peine à traverser le brouillard de sable et ne réchauffe pas pour assez éviter une neige dure . On le vérifie en remontant la piste des lacs Robert.

Le bon plan quand tu vas à Chamrousse c’est que tu y croises toujours quelqu’un. Catherine et Jean Michel arrivent alors qu’on dépeaute. Sympa de les croiser.

La descente par l’olympique dames s’avère excellente du haut jusqu’en bas … parfois le damage a du bon.

Par la rando du siècle, personne du début à la fin, un bon moment qui s’est terminé par une bière…. La première de l’année (après une rando …) sur le balcon de Christine, où j’ai pu clôturer ma location de bâtons.

 

Ps les bâtons étaient un petit peu courts … mais bon on ne va pas de plaindre !

Photos

http://xn--meylan-ski-de-randonnes-vcc.fr/galerie-photos/belledonne/nggallery/belledonne/le-grand-eulier

 

 

col de la Perrière

Carine Sylvie Paul François Richard Jean-François 28 février

Vous connaissez MSR et bien il y a aussi MSR, le Motor Snow Road

Après hésitation, suite aux très attendues chutes de neige entre le Vercors et Belledonne, la raison nous emmène au col de la Perrière dans le Nord Belledonne ce vendredi.

Aux Tuileaux à 7h15… heure de compromis, on se retrouve à 6. Paul et Carine les experts du jour proposent d’aller sur place avec des 4 roues motrices pour, au besoin, s’avancer sur la route de Val Pelouse.

Le grand raid commence avec un gros fourgon de gendarmerie bleu …  pour la couverture et une toute petite Suzuki.

On fait les malins en passant devant Marc et ses fils partis dans le coin finalement garés dans une épingle. On s’excuse d’avance auprès de lui, ne s’étant pas arrêté.  En effet, au bout du compte on fera 4 à 5 kms de route bien chaotiques mais dans le style rallye neige et glace. Paul nous dira à la descente que la banquette arrière de la Suzuki était un peu raide.

Encadrés par deux experts du CAF, l’un de Romans, l’autre de Grenoble la journée est marquée par un brin de professionnalisme.

On remonte depuis la route en partant de 1240 m pour rejoindre les pistes puis au col de la Perrière avec certes de la neige, mais vraiment pas terrible qui a dû recevoir de la pluie en fin de chute. Depuis le col on descend la combe de l’Arbet Neuf jusqu’au pied du col de la Perche dans un excellente neige poudreuse. Une petite chute ou deux   rafraichissent les idées de certains. Du bon ski pour tous!

Après tergiversation, on commence à remonter vers le col de la Perche mais en ces lendemains de risque 4, au bout de 100 m de dénivelé on fait demi-tour   dans une pente à la limite des 30 et avec un gros sel en milieu de combe peu engageant.

On remonte les 400 m de la très jolie combe de l’Arbet pour aller casser une croute bien méritée au sommet des pistes de Val Pelouse. Un raquetteur étrange nous fait un bout de conversation … qu’il avait déjà fait la semaine précédente à Carine au même endroit.

Descente de ce coté par la mauvaise neige du matin … qui s’avère une mauvaise neige de l’après midi puis sur la route.

Retour et café sur Allevard avec un soleil toujours printanier !

qq photos issues du telephone

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén