le ski autrement

Auteur/autrice : Guy Lamy

Le Rocher de Sarvatan

Avec Marc Favier et Guy Lamy

Nous étions partis pour le col de la Lavoire, mais la nuit portant conseil, Marc a proposé un petit circuit autour du Rocher de Sarvatan depuis la station de Saint-François-Longchamp. Début de la rando aux Perelles (1 680 m) à l’heure des braves, càd 10h ! Malgré une petite hésitation au départ, nous prenons la direction du col de Montjoie pour nous retrouver très vite (ben oui !) au pied du Roc Rouge. Là nous changeons de cap pour monter plein nord à quelques pas du sommet du Roc Rouge (2 375 m).

Nous enlevons les peaux et descendons sur des pentes Nord, d’abord un peu gelées par endroit et un peu raides, pour trouver plus bas une superbe neige poudreuse. Nous nous arrêtons finalement à 2 000 m, car il faut repeauter et remonter les pentes soutenues en direction du rocher de Sarvatan. Il nous faudra faire la trace dans une belle neige légère sur 300 m environ avant de trouver une belle trace en neige dure. Les derniers 20 m étant soutenus, plutôt que de mettre les couteaux, nous déchaussons pour rejoindre à pied le col à l’ouest du rocher. Puis nous repartons à skis pour nous approcher du rocher par le versant Nord. Nous laissons nos skis et nos sacs pour rejoindre le sommet du rocher de Sarvatan à pied (2 510 m).

Retour au petit col pour retrouver nos skis et sortir du sac notre pique-nique. Ensuite, il suffira de redescendre au col de Sarvatan et plonger vers la station de Saint-François-Longchamp. Arrivée à la voiture vers 15h45 et dénivelée d’environ 1 150 m.

Un joli circuit qui offre des vues magnifiques sur le Cheval Noir évidemment, mais aussi la Grande Casse, à gauche, et sur la droite, la Barre des Écrins, les Aiguilles d’Arves, la Meije et l’Étendard.

Les photos

 

Belle étoile – 28 mars 2021

Avec Christine C., Christine J., Jean-François et Guy

Les 4 « courageux » ci-dessus nommés avaient la prétention d’aller au Pic des Cabottes. « Difficile » disaient les uns, « Attention à la course de ski alpinisme « La Belle Étoile » qui a lieu ce dimanche ! » disaient les autres. Qu’importe ! Forts de notre courage, nous avons RdV au Pré de l’Eau à 6h30 ancienne heure (chacun s’arrangera avec son réveil …).

Départ du Pleynet à 8h35 et montée vers le rocher de l’Évêque où déjà 2 coureurs arrivent. Un groupe bien informé quitte alors la pente débonnaire pour partir à gauche dans une pente peu amène. Nous ne les suivons pas, on trouvera mieux plus loin. Un peu plus loin 2 gaillards se lancent dans une pente un peu raide et sont forcés de déchausser et porter leurs skis. Pas pour nous ! On verra plus loin …

Mais chemin faisant, il nous faut admettre que nous ne nous approchons pas beaucoup du Pic des Cabottes. On croise encore quelques coureurs qui descendent de Belle Étoile, mais il n’y a pas foule. Ce sera donc notre destination.

Et ce fut un excellent choix (le Pic des Cabottes l’aurait été aussi bien sûr), car lors de la descente, la neige était vraiment excellent, une poudreuse inespérée jusqu’à 2150 m environ, où nous avons décidé de pique-niquer. Ensuite nous avons recherché les versants plus ensoleillés pour trouver une neige transformée et nous avons rejoint le vallon du Pra avant de revenir à la station.

Une très belle sortie par une équipe courageuse mais pas téméraire, et qui doit encore travailler son orientation …

Guy

Séjour en Vanoise – Mars 2021

Lundi 29 et mardi 30 mars, avec Bernard Deshière et Guy Lamy

Depuis le temps que ce séjour était programmé, déprogrammé, reprogrammé, il fallait bien se lancer. Bernard et moi sommes donc partis lundi matin en reconnaissance du Dôme de Polset.

Arrivés au lieu-dit « Les Buissonnées » à 1450 m, la route était encore bien dégagée, mais la DDE était en train de placer un bloc de béton dans l’alignement de la barrière, ne nous laissant aucun espoir de passer. C’est donc skis sur le sac que nous partons. Heureusement un sentier nous a permis de rejoindre rapidement depuis le hameau de Saint-Antoine le pont de la Scie et le Pré du Col où nous avons chaussé les skis (1590 m). Après quelques rares passages sans neige, nous avons fait un petit détour par le joli hameau de Polset (1800 m) qui en vaut la peine et pris quelques photos.

Puis le chemin continue jusqu’à une retenue d’eau à 1980 m, après laquelle nous commençons enfin à monter. Nous en sommes déjà à 6 Km ! La montée est régulière, mais il est déjà 13h, il fait faim et chaud. Pique-nique vers 2250 m et le col de Chavière n’apparait pas encore. Les bosses succèdent aux bosses, le sac est lourd, et enfin nous apercevons le col de Chavière (2796 m), que nous atteindrons au bout de 10 Km. Vue sur le refuge de Péclet-Polset. Il ne nous reste qu’à descendre sur 350 m environ en veillant à garder de la hauteur par rapport au refuge.

Nous nous sommes installés dans le refuge bien équipé, où un groupe de 4 personnes avec guide était déjà présent. Un autre groupe de 6 gaillards nous rejoindra plus tard. Ils ont apporté pas moins de 10 litres de vin, excellent au demeurant, 3 Kg de tartiflette et autant de rougail saucisse pour le lendemain ! Quelle forme !

Après avoir pris quelques conseils auprès du guide qui avait emmené ses clients la veille au Dôme de Polset, nous partons vers le lac Blanc et montons le couloir qui est en bonnes conditions. Couteaux conseillés. L’itinéraire est évident. Nous bifurquons sur la gauche en direction d’une ligne de rochers, puis nous mettons pied sur le glacier de Gébroulaz. Passage entre les deux rochers situés sur la gauche du glacier jusqu’au sommet, puis passage sous le Dôme de Polset en direction du col situé entre l’Aiguille de Polset et le Dôme. La montée au Dôme est alors très facile. Très joli panorama.

Descente par le couloir nord du Dôme pour moi, Bernard reprendra l’itinéraire de montée, et nous amorçons la descente du glacier. Nous sommes seuls, rien que 2 randonneurs dans ce magnifique espace. La neige est excellente et nous rejoignons bientôt le couloir au-dessus du lac. La neige est alors bien transformée, genre moquette rase. Pour rejoindre le refuge, il nous faut remettre les peaux.

Arrêt au refuge pour récupérer nos affaires, pique-niquer et repartir à l’ascension de ce satané col de Chavière. Encore 1h15 pour le franchir, car il faudra remettre aussi les couteaux, car il est d’accès plus difficile de ce côté. Et c’est la longue descente vers notre point de départ. La neige est de plus en plus lourde et il faudra pousser sur les bâtons. Malgré quelques passages sans neige, nous ne déchausserons définitivement qu’à 1550 m.

Une bien belle rando par un temps magnifique et avec une neige excellente. A refaire quand le refuge offrira une bonne bière.

Vous trouverez le parcours sur le lien suivant : https://www.openrunner.com/r/12785589

Photos : Dôme de Polset

Guy

Soirée Pleine Lune

Nous étions 14 valeureux randonneurs à nous retrouver à la station de Saint-Hilaire du Touvet en cette soirée du dimanche 9 février.

Eric nous avait vanté toutes les qualités de la neige et des pistes de la station, mais celle-ci offrait ce soir-là un décor bien printanier. Cependant, passés les premiers mètres, le support blanc était bien présent et Eric, fort de son entrainement de jeune retraité, nous a ébloui en attaquant droit dans le pentu avec son matériel de ski qui doit dater des années 80 ! Nous avons donc tôt fait d’arriver au sommet !

Le groupe reconstitué au sommet, nous nous sommes alors élancés sur ces belles pentes et cette neige printanière. Dame Lune nous ayant boudé ce soir, c’est à la lueur de nos frontales que nous sommes descendus, à l’exception de Guéric qui défend l’idée qu’il faut sentir la neige et non la voir.

Nous avons retrouvé au parking 7 autres valeureux, qui n’ont pas tenté l’expédition, mais sont venus partager avec nous la soirée au restaurant. Restaurateurs très sympathiques et repas très apprécié, surtout l’estouffade de bœuf sauce vigneronne. Seul bémol, les pommes de terre de la tartiflette étaient al dente !

Une très bonne soirée dans une ambiance chaleureuse comme on aime à MSR. La lune nous a fait un clin d’œil en sortant du restaurant, nous invitant déjà à prendre rendez-vous l’an prochain avec elle, la neige et notre délégué de l’office de tourisme du Plateau des Petites Roches 😉 

Suggestion : Prendre l’apéritif avant de s’installer à table pour avoir le temps de bavarder avec tout un chacun.

Guy

Cabane du Plan – Belledonne Nord

Du 22 au 24 février, avec Catherine, Jean-Luc, Paul et Guy

Vendredi 22 février. La neige étant encore bien présente sur la route au-dessus de Presle, nous dûmes laisser la voiture à La Florence à 845 m et poursuivre à skis, chargés de nos sacs bien lourds. 3 Km plus loin, nous atteignons l’épingle d’où nous espérions partir (1080 m), puis 3,5 Km encore et nous arrivons à la chapelle de Prodin (1350 m). Superbe point de vue sur les Bauges. Ensuite la pente se fait plus soutenue. Nous contournons une pente trop raide, puis atteignons la crête et reprenons quelques forces au Rocher de la Croix. Poursuite sur le chemin vers Bois Brulé en direction du Chapotet. A 1850 m, nous devons alors redescendre vers le refuge du Plan. Une erreur d’itinéraire nous entraine dans une pente un peu raide et une neige transformée, qui vaudra à chacun quelques difficultés. Nous arrivons enfin au refuge du Plan (1800 m), où Paul a déjà entrepris le déneigement de l’entrée, puis du local à bois. Il démarre le poêle cracheur de feu, coupe du bois, déneige l’accès aux toilettes, tandis que nous récupérons autour d’un thé réparateur. Bref, Paul est partout !
18h00, c’est l’heure de l’apéro, un Ti-punch apporté par Paul. Puis dîner arrosé au Petit Chablis, petit Calva normand et extinction des lumières vers 20h30.

Samedi 23 février. Nous quittons le refuge du Plan vers 9h00 et nous dirigeons vers le col d’Arbarétan et descendons au refuge du même nom (1800 m). Remontée au col de la Perche (1988 m) et descente en traversée pour rejoindre le vallon du Grand Canal. Montée débonnaire jusqu’au pied du couloir de la Pointe de Rognier vers 2220 m, où nous laissons nos skis et montons en crampons jusqu’au sommet (2341 m). Le couloir est en très bonnes conditions (40° sur 100 m).
Pique-nique sur la table d’orientation. Vues magnifiques à 360° sur Le Grand Arc, Le Mont-Blanc, La Vanoise, La Meije, Belledonne et La Chartreuse !
La descente s’annonçait très difficile, mais grâce aux conseils de Jean-Luc, Catherine a vaincu sa peur et descendu le couloir sans soucis.
Descente dans une neige excellente jusqu’à la cote 1950 m environ et remontée au Chapotet (2076 m). Retour enfin vers le refuge par un petit couloir étroit.
Nous profitons des derniers rayons du soleil près du refuge jusqu’à 15h30 environ, puis au goûter succède l’apéro, whisky apporté par Catherine, le repas arrosé au Bordeaux Bio et le digestif. On tient jusqu’à 21h00 !

Dimanche 24 février. Même itinéraire de départ que la veille, mais en évitant le refuge d’Arbarétan. Après avoir passé le col de la Perche, nous passons le vallon du Grand Canal pour rejoindre le vallon qui mène au Pas du Gargoton (2254 m). Montée facile jusqu’à ce que les traces nous mènent sur une pente à droite plus raide qui nous encourage à mettre les couteaux … Continuation jusqu’à l’arête où nous pique-niquons tranquillement.
Descente encore dans une neige excellente jusqu’à la cote 1920 m environ et remontée au Chapotet. Retour enfin vers le refuge en suivant l’arête NW du Chapotet pour éviter les barres et descente dans les vernes dans une neige superbe. Arrêt au refuge pour se restaurer, ranger et récupérer nos affaires.
La descente vers Prodin est difficile, mais on s’en sort …

Pour se remettre de cet excellent séjour en Belledonne Nord, nous dégustons une bonne bière à La Rochette, où il est déjà 18h00.
Merci à Paul pour cette superbe organisation et à tous pour l’excellente ambiance.

Voir les photos

Le Petit Arc (2 365 m)

Samedi 16 février, avec Christine, Brett, Jean-Luc et Guy

Par cette très belle journée ensoleillée où peu de candidats MSR étaient disponibles, les pentes du Grand et du Petit Arc étaient très fréquentées.
Au départ de Tioulevé (1 280 m), après une remontée tranquille sur le sentier en forêt qui longe le torrent du lac noir, nous arrivons dans cette large combe ensoleillée.
Itinéraire évident et bien tracé. A la cote 2000 environ, nous nous engageons sur des traces qui mènent au lac noir, le contournent par la gauche et nous nous dirigeons vers le Petit Arc en suivant les crêtes côté Sud. La trace est très soutenue, mais tous la suivent sans broncher.
Merci à Jean-Luc qui a encouragé Christine et l’a emmenée jusqu’au sommet.
A 13h00 nous amorçons la descente dans une neige de printemps déjà bien transformée, mais facile.
Pique-nique avant d’arriver en forêt et retour au parking.
Et enfin le pot traditionnel pris sur la terrasse ensoleillée du Relais du Lac Noir, où nous avons passé une bonne heure bien agréable.

Voir les photos

Le Tabor de La Mure

Samedi 9 février 2019, avec Sandrine, Brett, Bruno, Guéric, Guy et Yves

Malgré une forte hésitation au départ, nous nous sommes lancés sur les pentes du Tabor. Ciel couvert, éclaircies prometteuses, brumes désespérantes, ciel bleu, nuages moqueurs, … tout cela n’a pas entamé notre motivation. Et puis nous n’étions pas seuls au Tabor ! Encore un rendez-vous apprécié des Grenoblois. Tiens, bonjour Hélène ! Toujours la pêche.
Après une courte descente, nous avons repeauté pour accompagner Yves et Guéric au sommet. Très bonne neige souple et belle visibilité grâce au soleil qui enfin s’est fait plus généreux. Après un arrêt pique-nique au soleil, nous reprenons la descente par un joli couloir sur la gauche.
Le retour par le chemin de montée n’est pas du meilleur intérêt, mais la neige au-dessous était plus lourde et l’idée de porter les skis pour remonter au parking ne nous a pas tentés.
Traditionnel pot à Vizille pour clore cette très agréable journée à skis.

voir les quelques photos

Le Grand Som

Le 25 janvier 2019, avec Laurence & Philippe, Jean-Pierre, Paul, Jean-François, Olivier, Eric et Guy.

Nous avons quitté Meylan et laissé derrière nous Belledonne qui se détachait sur un magnifique ciel bleu. Passé le col de Porte, les nuages menaçant nous faisaient regretter d’avoir pris cette direction. Heureusement, passé le col du Cucheron, tous les espoirs étaient encore permis.
Depuis le hameau du Château, nous avons remonté le vallon des Eparres, sur le versant Nord du col de Bovinant, par une piste forestière, puis un sentier soutenu. Les parois impressionnantes de la Dent de l’Ours apparaissent sur le ciel bleu et nous arrivons bientôt au col de Bovinant. Nous nous dirigeons tous vers le col du Fret, où Paul, Eric et Olivier nous abandonneront et nous attendront sur le versant opposé. La crête est ventée, mais heureusement le vent nous pousse. Nous gagnons rapidement la Croix du Grand Som, lieu aérien et … aéré !
La neige est compacte sur la crête, mais correcte. Puis c’est la descente dans une vraie poudreuse de rêve. Philippe nous entraîne dans une superbe pente poudreuse et nous nous retrouvons du mauvais côté du col de Bovinant. Aucun regret, c’était trop bon ! Nous remettons les peaux et nous croisons nos amis qui avaient suivi notre périple.
Mais, motivés par cette superbe neige, nous avions décidé de remonter jusqu’à la brèche des Roches Rousses au-dessus du col de Léchaud. Après notre pique-nique dans un endroit abrité choisi par Jean-François, nous tâtons encore cette superbe neige et nous rebasculons vers le vallon des Eparres. Nos trois amis avaient déjà entrepris la descente. Après une descente très agréable entre les sapins grâce à cette neige légère, nous nous sommes retrouvés au parking du Château.
La sortie s’est terminée devant une boisson chaude, contrairement aux habitudes de certains …

 voir les photos
 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén