Meylan ski de rando

le ski autrement

Mois : janvier 2020

Fromage (1703m) et dessert (Charmant Som, 1867m)

Aux Tuileaux à 8h, nous sommes 6 sur les 7 prévus (Je ne dirai pas qui a fait défection !) : Jean-François, Paul, Jean-Luc, Eric (T-B), Richard et moi (Marc (B)). Nous partons relativement tôt car la météo est prévue bonne jusqu’à 11h52 et 38 secondes ! Faut donc pas trainer ! Du col de Porte, montée sur la route damée par les passages, la neige date donc d’hier, pas de cette nuit ! Mais les conditions sont étonnamment bonnes. Pendant la montée, Eric gère son secrétariat au tél. ! Vers le haut de la route nous quittons celle-ci pour un petit passage au mont Fromage, puis reprenons la route, direction la ferme du Charmant Som. De là, montée au sommet par l' »arête » à droite. Pour descendre, on prend l’autre versant poudreux à souhait pour retrouver la route jusqu’à qqs m. avant l’oratoire d’où nous plongeons dans la pente ouest pour 100m. de descente dans une poudre « un peu lourde mais pas mal quand même » ! Remontée au mont Fromage, pique nique pendant lequel de noirs nuages nous rejoignent… à 11h52 et 38 secondes. Descente au col, bistrot, retour Tuileaux. La routine, quoi !

Séjour Granier du 16 au 19 janvier 2020

Séjour Granier – 16 au 19 janvier 2020

Participants : Marieke, Liz, Carine, Denis, Philippe, Jean-Luc

Jeudi 16 janvier en route vers le Beaufortain (Jean-Luc)

Inquiète quant à l’état de l’enneigement sur les versants est et sud, Marieke change la sortie initialement prévue, et propose une autre orientation (N-NO). Bonne pioche ! Ce sera la Crête de Crève-Tête (la mal-nommée) sur le secteur de Valmorel.
Départ 10h du parking de ski de fond au-dessus de « la Charmette », alt. 1299 m, neige au parking.
Montée tranquille en forêt en suivant une bonne trace (raide) qui coupe à plusieurs reprises la piste de fond (pour skateurs « chevreaux-nés « ) pour sortir sur la Crête vers 2070.
Super vue dégagée, à l’Ouest sur la jolie chaîne de la Lauzière, et à l’Est le Mont-Blanc, la Grande Casse…
Puis cheminement par une succession de mamelons jusqu’à une antécime vers 2200 m. Neige froide restée poudreuse sur fond dur (5-10cm).
Pause casse-croute au soleil.
Il est temps de penser à la descente.
Retour par une série de petits bosses au début, et de clairières. Ensuite, c’est le contraire de la baignade : au début elle est bonne, après…
On termine la descente par un peu de pistes de fond dans la forêt (ouf !! on évite le chemin Kamikaze dans les arbres).
Etat des troupes : trois supers skieurs (euses) qui se baladent, trois autres un peu à la peine (l’équilibre est respecté), et au final pas d’éclopés, et six Msriens souriants devant, qui un chocolat chaud, qui une bonne bière.
Le soleil disparait, il est temps de rejoindre notre gîte douillet.
Jean-Luc

Photos

Vendredi 17 janvier – « La Bosse à nous » (Philippe)

La météo annonce l’arrivée de la Neige en début d’après-midi, le choix de rando se porte sur « la bosse à nous » (alt. 2300 m, sommet au Nord-Ouest de Granier, sous la « Roche à Thomas »), départ au pied du Téléski de la Chavanne (alt. 1450m, 1,3 km au-dessus de Granier), retour avant l’arrivée de la perturbation météo.
Jean Luc renonce à cette sortie, nous sommes 5 à démarrer à 9h20. Au début, peu de neige, on passe entre les plaques enneigées, puis le long du haut du téléski l’enneigement est plus important, neige pas gelée, mais croûtée. Beau temps, pas de nuages, le soleil brille ce matin. On passe près des chalets à Thiabord. Plus haut, la neige est plus douce, la montée est tracée confortablement, la pente est régulière, on arrive au but (le panneau indiquant l’appropriation de lieu par « nous » est sans doute recouvert de neige, on ne le voit pas); Marieke et Liz prolongent la montée vers une crête au-dessus. Le ciel se couvre et on devine un front marqué par la perturbation, il est temps de redescendre, on va pique-niquer plus tard. La descente nous procure quelques bonnes zones de neige peu tracées et confortables, au moins jusqu’à la forêt; la fin est moins confortable (mais pas de neige croûtée, le soleil a sans doute ramolli). La neige commence à tomber (vers 15h, on est déjà rentré au gîte), et ça continue une partie de la nuit … mais seulement 5cm à Granier.

Photos

Samedi 18 janvier – Mont Rosset (2449 m) (Liz)

Après un nuit de neige fraîche, tout le monde était ravi de skier sur la poudre, même si c’était 15-20 cm sur sous-couche dure (ou pas de sous-couche). La route est courte entre la gîte Pollen et les Pars, et on commençait à skier à9:15 à 1400 m. Plusieurs autres groupes se dirigeaient dans la même direction, la plupart vers le refuge La Balme. Le temps était très beau, la neige fraîche étincelante au soleil. Le chemin forestier était bien couvert et la montée vers la petite Chapelle St. Bernabe était agréable. La crête douce jusqu’au sommet, avec une couverture de neige non-tracée était magnifique. Les nuages dans la vallée faisaient une scène fantastique. Un peu en-dessous du sommet, Denis a couru devant nous et a été le premier au sommet ! (Et merci à Jean-Luc pour la petite leçon de conversions à ce moment).
Il faisait très agréable au sommet, sans vent, et nous avons mangé nos sandwiches pendant que les autres groupes descendaient. Donc nous avions une descente seuls, parfaite pour profiter de la poudre. La poudre n’était pas épaisse, mais suffisante pour ne pas toucher la sous-couche dure sauf dans les espaces ventés. La neige était très bonne et la pente pas raide, ainsi tout le monde faisait de bons virages. C’était tellement amusant que j’ai pu convaincre Philippe de repeauter pour plus des virages. Nous sommes montés 20 minutes pour profiter de la poudre encore (de 2050-1950m), quand Marieke, Denis, Jean-Luc, et Carine nous attendaient au chalet. Après ça, nous sommes passés du côté ouest pour descendre la vallée. Là, la neige était très bonne, en contraste avec le côté est, qui était trafolé, et avec une croûte. Nous avons sauté, tourné et joué dans la poudre jusqu’à 1750 m et puis nous avons survécu à la croûte et à la neige mince jusqu’au parking. Les apéros et un bon dîner nous attendaient au gîte !

Photos

Dimanche 19 janvier – Dôme de Vaugelas (2225 m) (Carine)

Dernier jour pour mettre en pratique tous les super conseils de Marieke et Denis et recevoir notre 2ème étoile !
Le départ du gîte et la recherche de toutes nos affaires se fait dans le calme et la bonne humeur. Il y a du monde ce week-end au gîte et on essaie de ne pas prendre les skis des autres (n’est-ce pas Denis ?) ou de ne pas oublier qui sa frontale, qui son chargeur.
Beaucoup de monde au parking des Pars et heureusement, les skieurs prennent tous nos traces de la veille pour le Mont Rosset. Nous voilà, presque seuls, vers Vaugelas.
Jean-Luc nous conte les aventures du renard et du lièvre variable qui ont laissé leurs traces dans la neige. Le renard a profité des traces d’un skieur du samedi pour monter tranquillement vers le sommet tout en reniflant à gauche et à droite pour débusquer un lagopède. Il nous a laissé, bien en évidence, 2 petites crottes et un petit pipi discret. Le lièvre variable est passé aussi par là et heureusement pour lui, le renard était déjà parti. C’était passionnant et donc les 800 m de montée sont passés comme une lettre à la poste. Par contre, le froid et le vent sont bien là et donc vite une barre énergétique, un repeautage et nous descendons dans une neige de cinéma. Ce n’était pas gagné d’avance mais la neige fraîche tombée la veille a ramolli la sous-couche dure et ce n’est que du bonheur pour tous. Marieke enchaîne les petits virages serrés, Liz se lâche et c’est un bonheur de la voir dans ces grands espaces, Jean-Luc et Carine reçoivent les félicitations de leurs professeurs, Denis a retrouvé une deuxième jeunesse et Philippe se fait bien plaisir aussi.
Retour en s’arrêtant au distributeur de fromage Beaufort devant la coopérative : on a le choix entre 1 kg de Beaufort d’été ou 1 kg de Beaufort d’hiver, basta.
On se retrouve tous chez Marieke et Denis pour boire les bulles promises pour fêter la superbe santé de Denis.
Un super séjour encore made by Marieke avec des personnes très sympathiques. Merci encore à tous pour leur bonne humeur, le partage et à l’année prochaine.

Photos

Le Pic Saint Michel (1966 m.)

Jeudi matin, 8h30, nous étions 7 prêts à affronter une course extrême (Jean-François, Jean-Luc, Camille, Yves, Richard et moi (Marc (B)) – J’ai encore oublié le septième prénom !!! … et la radio aussi !!!!! décidément, il faudra que je m’achète une tête !). En fait, certains avaient la flemme de faire trop de voiture sans être sûr de trouver bonne neige et belle rando, tandis que d’autres ne voulaient pas attaquer leur saison avec trop de dénivelé. Nous nous sommes donc rabattu sur la classique des classiques. La prévision météo était assez engageante.

Résultat : disons « pas mal ! ». Vraiment peu de neige pour couvrir les cailloux dans la forêt, mais plus haut ça allait. Les raquettistes occupaient les lieux en grand nombre (dont un groupe de 60 jeunes ado !). Les 700 m. de dénivelé ont été rapidement avalés par certains, plus laborieusement par d’autres. La descente demandait de se méfier des cailloux, mais la neige était assez bonne et on a pu enchaîner quelques bons passages. Et le cadre est vraiment très chouette. Le soleil s’est presque complètement dévoilé pour le pique-nique.

Une rapide libation à l’auberge des Allières, et nous en avions terminé. Pas une sortie à mettre dans les annales, mais un bon moment passé en bien bonne compagnie.

Des photos ? À voir ici !

 * En plus, c’est Paul (J) que j’ai oublié ! Honte à moi ! et plates excuses !

Les portes de Montmélian (2459m)

À quels rares flocons près, il n’a pas dû neiger dans nos coins depuis 4 semaines. En revanche, ce qui est tombé en nov. et déc. s’est remarquablement bien conservé et reste quand même dans un état relativement satisfaisant. Confirmation ce jour. Nous (Claude, Bruno, Richard, Jean-François et moi (Marc (B))) avons décidé hier de tenter notre chance dans le massif de la grande Lauzière, par la route du versant nord du col de la Madeleine, malgré la distance un peu élevée : à 5 dans une voiture, les frais et l’impact carbone ne s’envoleraient pas.

Rdv à 7h30 au pré de l’eau (Montbonnot), et départ dans la foulée. Route tranquille jusqu’à Celliers. Nous nous garons un peu avant Celliers-dessus. Nous aurions pu économiser 50m de déniv. en allant au bout de la route déneigée. Nous ne sommes pas seuls il y a même plusieurs groupes largement plus nombreux que nous, mais ça ne posera aucun problème.

Nous nous lançons dans la combe du ruisseau du Bridan qui est un accès (un peu détourné) au Pic du Rognolet et qui offre une montée débonnaire vers notre objectif. Nous retrouvons assez vite le soleil. Tout va très bien… jusqu’à ce que je tire un peu la langue et que je commence à contraindre mes camarades à des pauses de plus en plus longues. Heureusement, Claude se charge de m’imposer un rythme qui me permet finalement d’arriver en haut avant le lendemain !

Nous profitons de la vue panoramique avec les commentaires éclairés de Claude. Puis nous décidons de laisser assez vite la place au sommet pour les suivants qui se pointent en nombre. Nous entamons la descente pour pique-niquer un peu plus bas. La neige n’est pas mauvaise, très variée bien sûr et ça demande un peu d’attention, mais on a même trouvé qqs cm. de poudre par endroits. Le reste est très tracé (style piste damée) un peu gelé ou un peu transformée selon les passages, mais jamais de béton ni de soupe. Que demander de plus ?

Tout se passe bien jusqu’à la voiture, au coup bu au bar du télésiège Celliers-Valmorel, et au retour au pré de l’eau. Après je peux pas dire pour les autres… Pour moi, la sieste dans le canapé a été bien agréable !

Bruno mettra en ligne les photos de cette belle journée. Cette balade est un bon plan facile… mais 1100m de déniv. quand même, pour les petites natures dans mon genre !

le petit et le grand Arc

Foule aux Arcs

Du monde à la permanence de vendredi, et entre les séjours, la soirée pleine lune

On y entend parler du petit Arc pour dimanche.

 3 … 5 … 8… 12  et nous voilà 15 à partir des Tuileaux à 8 h par une belle journée.

Un groupe sérieux …. qui prend  la radio eh oui, bravo Patrick

Lize, Carine, Catherine, Christine J,  Aline, Guy, Paul J, Jean-Pierre, Philippe D, Jean-Luc, Jean-Michel, François,  Patrick R, Richard, Jean-Francois

Première de Lize , direct from the Washington state… welcome

On arrive à se caser dans 3 voitures, bel effort !

A 9 h le dimanche à Tieulever, il y avait un peu de monde pour se garer mais on s’en sort plutôt bien. L’ambiance restera détendue dans tous les groupes rencontrés tout au long de la journée.

D’autorité …   on part sur 2 groupes vers 9h 30, l’un pour le petit Arc, l’autre pour le grand Arc. Malgré une organisation sans faille on se sépare au départ en 8/7 puis 6/9 puis 7/9 puis…finalement 6/9.

Un passage en forêt agréable, un peu de monde ensuite dans les premières conversions, une montée qui ne nécessite pas les couteaux et ce jusqu’en haut.

Pour le grand Arc on s’arrête pour 4 d’entre nous à 50 m du sommet pour le casse-croute . A défaut de prendre un café après le repas on fait un aller-retour à pied au sommet et profiter de la table d’orientation pas ventée mais vantée par Jean-Michel et qui est parfaite et dans un cadre exceptionnel.

Belle descente jusqu’à la foret malgré l’absence de chute de neige depuis si longtemps.

Retour vers 15 h à la voiture …   pas possible de boire un coup à Monsapey au vu du monde et de l’incapacité du tenancier local à faire face à l’affluence du jour.

On se retrouve tous à Aiguebelle dans un bar PMU bien local où chocolat chaud ou  Perrier tiennent lieu de boissons exotiques.

La cime de la Jasse 2478 (ou presque…)

À la permanence d’hier, certains ne pouvaient envisager une balade pour aujourd’hui puisqu’ils étaient de séance DVA-Anena… Les autres, dont moi, nous n’étions pas très décidés, ne voulant pas nous déplacer trop loin, n’étant pas disponibles tôt, un peu circonspect sur l’état de la neige… Et pourtant les prévisions météo et BeRA étaient idéales. Heureusement, Jean-François a téléphoné à la permanence MSR (07 68 00 11 09) pour secouer tout ça ! On a programmé une montée à partir de Prabert.

Une fois les grasses matinées de chacun menées à leurs termes, nous nous sommes retrouvés au pré de l’eau à 9:30, Patrick, Denis, Jean-François et moi (Marc (B)). Départ tardif, oui, mais pile à l’heure prévue, avec un soleil légèrement voilé. On monte en voiture jusqu’au parking du pont de la Betta (heureusement que c’est jeudi). Mais les derniers mètres sont dignes de la patinoire Pôle Sud à Grenoble… mais un peu plus en pente ! Je finis par garer la voiture tant bien que mal. Vers 10:15 nous démarrons gentiment mais à l’ombre comme d’hab. dans ce goulet très abrité. La montée avant la prise d’eau est vraiment pas top. Après ça va mieux, mais ça laisse présager une fin de descente « glace+cailloux ». On est content lorsque ça s’élargit et encore mieux lorsque l’on rattrape le soleil désormais débarrassé de son voile. Très agréable montée aux lacs de Vénetier. Arrivés là, Denis et moi -modestes- nous nous arrêtons, et laissons Jean-François et Patrick se faire mousser en allant au sommet, soit encore 3/4h (Bravo à eux !). Après un casse-croûte rapide D. et moi commençons une bien agréable descente en neige un peu dure mais pas trop, puis nous allons nous mettre au chaud au habert d’Aiguebelle où la gardienne nous accueille très agréablement avec son (horrible mais gentil) petit chien et son adorable petite fille. Quand nous commençons à penser que J-F et P sont déjà passés, nous prenons congé… et tombons sur eux à la sortie du chalet !

Comme prévu, la descente à la voiture n’est pas terrible du tout. Et encore le chemin a-t-il été bien amélioré pour évacuer les arbres cassés par une grosse avalanche l’an dernier, et les traces du scooter à chenilles du refuge facilitent un peu les choses. Mais les cailloux affleurent quand même par endroits. Nous arrivons sains et saufs à la voiture. Je me suis quand même pris une belle gamelle sur la patinoire à 10 mètres de la voiture, mais, par chance, sans dégâts. Retour au pré de l’eau un peu avant 16:30.

Belle journée, mais pour les photos… c’est encore pas ça !

Crête du Brouffier (2434 m)

Dimanche 7 janvier 2020

Paul J., Philippe G. , Philippe B., Aline

Quelques hésitations au départ : a-t-on fait le bon choix ? Ne vallait-il pas mieux aller sur un versant Sud pour avoir de la meilleure neige ? Mais surtout sur la route de la Morte, va-t-on être au-dessus des nuages ou dans le brouillard ? Souvenir de ma 1ère rando avec MSR : Crête du Brouffier dans la purée de pois, le coordinateur de la sortie (Paul J.) avait pris alors la sage décision de renoncer à aller au sommet.

Mais dimanche notre bonne étoile était là ; nous sommes au-dessus des nuages dès le départ, à 1550 (100 m plus haut que le topo) et on peut chausser les skis tout de suite, en suivant la route au début qui est bien enneigée contrairement à la forêt.

A la sortie de la forêt, vue magnifique sur la mer de nuages avec les sommets du Trièves et du Vercors en icebergs. La neige est un peu dure, certains mettront les couteaux  sur un court passage. Pas mal de randonneurs et racketteurs éparpillés sur la croupe ensoleillée.

La dernière partie très peu pentue nous amène tranquillement au sommet de la crête où un vent frisquet fait voler les supports de peaux. On se met en contrebas, dans un creux à l’abri, face au soleil ardent pour pique-niquer. Le coin est très confortable et insolite, on se croirait sur la plage (voir une des photos jointe).

La descente, même si la neige est un peu glacée par endroit, est facile, on peut se lâcher même dans le « Border cross » (langage de d’jeun d’après Philippe G. et Paul) ! Et on garde le soleil jusqu’à la voiture.

En résumé, une sortie tout plaisir !!! Et Philippe B. et moi, sommes ravis d’avoir fait pour la 1ère fois à ski cette rando très sympa jusqu’au bout !

Voir les photos

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén