le ski autrement

Catégorie : Saisons de ski Page 1 of 11

la liste des courses réalisées par le club

Petit raid en Vanoise à partir de Val d’Isère – 26-29 avril 2022

Les protagonistes : Martine BW, Pierre W, Jean-Luc, Gilles, Bernard, Gus(tave) et Marc

6 des 7 protagonistes

De G à D, Bernard, Marc, Gilles, Jean-Luc, Pierre et Martine (Gus à la prise de vue !)

Les prévisions météo une semaine avant la date dite n’étaient pas fameuses, puis elles se sont améliorées jusqu’à atteindre la quasi perfection. Quelle chance nous avons eue !

Jour 1/4 – Col des Fours (2976/3019)

Rdv aux Tuileaux mardi 26/4 à 6h15, pour départ à 6h30, à 7 en deux voitures. La météo est assez bouchée. Vers Albertville, c’est la pluie qui douche un peu notre détermination ! Après Bourg-Saint-Maurice c’est un poil mieux et arrivés à Val d’Isère, c’est correct surtout en faisant confiance à la prévision « éclaircies ». Le parking (d’hiver) du Manchet est en fait situé au Chatelard (1880m), 2 km presque plats avant les ruines du Manchet.

Passage aux ruines du Manchet

Passage aux ruines du Manchet

Nous avons laissé la moitié des piolets dans la voiture. Gus prend la corde de secours, J-Luc la radio. Nous sommes raisonnablement chargés, mais à nos ages, c’est déjà beaucoup! Nous sommes contents de quitter les abords de la station bien moches à cette époque !

Nous arrivons vers 12h au refuge du Fond des Fours (2530m) qui ne se dévoile qu’au dernier moment seulement trahi plus tôt par son antenne.

Vers 14h, nous repartons un peu allégés, sauf Pierre qui opte pour la sieste. Nous atteignons finalement le col des Fours, version col piétons (2976m) pour J-Luc, Gilles et moi, ou version passage à ski (3019m) pour Martine, Bernard et Gus ! Bien qu’on ne soit pas en situation de « jour blanc », car on voit bien à distance, on n’a qu’une très mauvaise visibilité du relief sous les skis. C’est bien dommage car la neige aurait été très agréable à skier. Peu importe, nous retrouvons Pierre au refuge un peu plus tard.

Accueil agréable malgré l’occupation élevée du refuge.

Equipe de choc : MSR au rge du Fond des Fours

Equipe de choc : MSR au rge du Fond des Fours

Jour 2/4 – Pointe de Méan Martin 3330m (au pied de l’arête, 3250m, pour certains)

Comme prévu on récupère le grand beau ce matin. En revanche, il fait vraiment froid. Un premier court passage plat suivi d’un « coup de cul » sérieux mais pas long, puis une longue zone assez plate nous amène au point (vers 2740m) où il nous faut choisir entre le passage plus direct par le glacier des Fours (conseil de la gardienne du refuge) ou le passage à l’ouest  un peu au dessus du col de Pisset (conseil pris au tél. auprès d’un guide). On choisit la première et grand bien nous en a pris ! Non seulement l’engagement du passage direct était très raisonnable, mais le passage réputé plus sûr, ne l’est apparemment pas tant que ça… si toutefois il est même praticable !

Gilles passe la corniche près de la fin de la montée

Gilles passe la corniche près de la fin de la montée à la Pointe de Méan Martin

Nos 3 « collants-pipettes » (Martine, Gus et Bernard) prennent de l’avance si bien que lorsque nous les rejoignons au pied de l’arête finale à 3250(?), ils ont grimpé à pied au sommet et ils en sont déjà redescendus ! Ils nous auront représentés la-haut !

Arête finale de la Pointe de Méan Martin

Après une pause casse-croute bien utile, nous attaquons une descente de 900m, dans une neige souvent très agréable, en cherchant un peu notre passage parmi diverses traces.

Dans la descente de la Pointe de Méan Martin vers le refuge de la Femma

A l’approche du refuge (2350m) l’enneigement est bien déficitaire.

Très bon accueil dans un refuge très confortable. Mais sur la terrasse plein sud, on a à la fois très chaud et un peu frisquet à chaque souffle d’air. Sieste, jeux, bières… Tout bien !

Jour 3/4 – La pointe de la Sana (3436m) en A/R depuis le refuge de la Femma (2350m)

Après réflexion nous avons préféré cette formule plutôt que passer la pointe de la Sana en traversée, le lendemain, avec notre chargement complet. On ne saura jamais si c’était le meilleur choix, mais en tous cas, cela s’est avéré un très bon choix !

Peu après le départ du refuge, on monte dans des premières pentes orientées plein sud et bien déneigées.

Il y a du monde devant nous que l’on suit en toute confiance. L’ambiance devient vite assez grandiose et le cheminement varié et très agréable. On progresse sans se presser et le sommet se dévoile assez vite. Il reste du dénivelé à grimper, mais on a tout le temps !

L'objectif : la Pointe de la Sana - 3430m (vue du col de Rocheure le lendemain)

L’objectif : la Pointe de la Sana – 3436m (vue du col de Rocheure, le lendemain)

Au sommet il y a foule, puis le groupe de 14 qui était arrivé avant nous, redescend. On profite mieux du site. La vue à 360° est époustouflante.

Deux options pour la descente, on se sépare tout en restant à vue. Bernard, Gilles et J-Luc font le bon choix en allant chercher des contrepentes à droite en descendant. Martine, Pierre, Gus et moi descendons directement sous le sommet sans trouver la neige que l’on espérait. C’est comme ça, certains gagnent, certains perdent !

Les traces de ceux qui ont fait le bon choix !

La descente se poursuit en enchainant de bons passages et des zones « pas terribles ».

Jour 4/4 – Col de la Rocheure (2911m) – Sous la pointe de Pisset (env. 3000m)

Bye, bye, le refuge de la Femma

Bye, bye, le refuge de la Femma

La nuit n’a pas été froide malgré le ciel dégagé. Le regel est limite vers le refuge. La montée en traversée Est vers le col de la Rocheure est très régulière et surtout magnifique. Plusieurs passages sont peut-être possibles pour passer l’arête qui vient de la Sana, avant le col de la Rocheure, mais nous ne nous y lançons pas, n’étant pas sûrs de ce qui nous attendrait sur l’autre versant. Le col atteint est très ouvert et large. Pierre reste au col pendant que les autres poursuivent quelques minutes vers la pointe du Pisset. Nous dépeautons vers 3000m pour attaquer les 1200m de descente qui nous attendent (en récupérant très vite Pierre au passage, bien sûr !). La presque totalité de la descente est en bonneS neigeS. Passages en bonne moquette, passages style soupe.

Le cheminement est assez facile (merci à Bernard qui mène le troupeau avec beaucoup de tact et de précision), mais par temps de brouillard, ce serait un autre affaire ! Le passage final près du ruisseau du Pisset (sous le chalet du Riondet) est de toute beauté.

Entrée dans le canyon final

Entrée dans le canyon final

Avant midi nous retrouvons notre cheminement de mardi et nous arrivons aux voitures.

Bistrot fermé sur place. Nous buvons un coup à Bourg-Saint-Maurice… et faisons un passage à la coopérative pour approvisionner qqs morceaux de Beaufort. Hum !

En résumé, tutto bene grâce à une météo excellente et une équipe de même. Dommage qu’Yves Cluet n’ait pas pu en profiter, mais aussi, quelle idée de faire du VTT… et de choir ! Courage Yves pour la convalescence et la récup !

Marc.

Belotte et rebelotte (Col de Pouta), les 14 et 16 avril

Même programme à 2 jours d’intervalle : rdv 7h aux Tuileaux, départ de Prapoutel (station fermée) en direction de Cime de la Jasse ou col de Pouta suivant les conditions et les envies. Dans les 2 cas, même résultat, le Col de Pouta !

Jeudi 14 : Bruno, Jean-Luc, Philippe, Sylvie et moi

Samedi 16 : Erwan, Géric, Paul et moi

 

Les deux sorties se ressemblent.

Grand beau, mais regel ok jeudi, superficiel samedi

Pour être sûr de la neige et pour gagner un peu de temps, montée sur la piste verte jusqu’au départ du télésiège du Lac. Montée sur la piste rouge de droite (Piste du Jas du Lièvre). Arrivée au Lac de la Jasse.

Jeudi : on passe le raidillon au dessus du Lac, puis on se range à l’avis de Jean-Luc à qui on avait vendu le col de Pouta, pas la Cime de la Jasse !

Samedi : dès le Lac, on choisit de rester sur la piste pour le col de Pouta à la demande de Paul.

Jeudi : en l’absence de vent, nous avons passé plus d’une heure sur la gare d’arrivée du télésiège, à écouter Jean-Luc parler d’oiseaux et à refaire le monde (Il paraît que depuis ça ne se voit pas !). Et nous sommes descendus sur une moquette idéale… du haut jusqu’en bas.

Samedi : en haut, un petit vent rendait le séjour moins agréable et on a attaqué la descente 1/2h trop tôt. Et par dessus le marché, une horrible trace de chenilles était apparue entre temps et avait bien gelé, elle !!! Au Lac, le jeune Erwan a remis les peux pour monter au sommet du téléski. A son retour, la neige était impeccable pour terminer la descente.

Jeudi, bistrot ouvert ; samedi, bistrot fermé ! Allez comprendre !

Et maintenant, le SCOOP : en fait, je faisais le malin en visant la Cime de la Jasse, tout ça, tout ça, et me contentant par dévouement pur, du col de Pouta… mais c’est bien moi qui ai traîné pour arriver au bout !!! Mais chut !

Tour de l Albaron

Tour de l Albaron

 

 

11-13 avril

Patrick R Patrick M François Jean-Michel Jean Francois et Baptiste le guide

4 jours sans l’Albaron.

La recette d’un bon raid : un bon guide, un bon groupe, un beau site, et une belle météo….

2 participants d’expérience, 3 novices, voila qui nous a permis grâce à la bonne volonté et la patience des premiers   de passer 4 beaux jours… bien intense pour les 3 derniers.

 

Jour 1

Départ 6 h 30 des Tuileaux avec le fourgon de Francois.

Rencontre avec le guide pour le parcours vers Bonneval

Départ 9h 30 pour le refuge de Evettes … qui n’est pas inoubliable. Ça tombe bien c’est sa dernière année.

Petite pause casse-croute puis une tentative de sortie l’apm en direction de la pointe de la Disgrace. On n’a pas idée de vouloir skier par des températures d’un mois de juillet. 2 novices prudent rentrent un rien plus vite pour une petite bière, c’est plus raisonnable.

Bonne note pour le repas aux Evettes… et le coin chauffé du refuge. Pour le reste….

 

Jour 2 histoire de Chaussettes

Départ 6 h 30 pour la selle de l Albaron et le refuge d’Averoles

Montée par le glacier dans un cadre exceptionnel.  A peu près 1000 m … mais au-dessus de 2600m . Voila qui nous prend un peu de temps. Cela ne permettra pas d’aller via l’épaule au sommet pour les pros.

Arrivé à la Selle de l’Albaron, on vérifie que côté italien c’est la misère. Pas de retour d’est depuis le début de saison.

Direction le pointe de Colerin (3475m) … à pied sur 200 m. qq peu de désescalade facile et on chausse pour une belle descente. Trop proche de la chute de neige de samedi avec des températures trop élevées, tout est réuni pour une descente bien pourrie jusqu’à 2700 ou on s’arrête pour le pic nic. Francois décide entre de tenter un lancer de chaussettes qui nous a occupé bien 5 minutes à la regarder descendre sur bien 150 m. On aurait dit un écureuil courant sur la neige. (Belle animation, merci Francois.

On repart vers Averoles avec un petit détour bien sûr pour Francois. Quand tu n’as que 2 paires, ça motive. Une neige moins pire pour aller vers le refuge à 2210 m.

Bière en terrasse au soleil, douche possible, dortoir de 12 pour le groupe de 5, des lasagnes à la hauteur, (même si Patrick M en aurait bien repris) … bel apm

 

Jour 3 So british

Départ sans surprise à 6 h 30 pour la pointe Marie 3313 m

Depuis les Evettes on cheminait avec 4 anglais et leur guide. Partis avant nous du refuge on les croise en chemin (comme la veille et le lendemain) grâce selon le guide à notre maitrise technique des conversions. Eh oui des vraies guenilles ces anglais, nous on est formés par MSR !

La pointe Marie avalée on profite de la vue coté Italie et les accrocs du téléphone récupèrent du réseau …enfin un tout petit peu de réseau. (Les jeunes avec leur portable, c’est qq chose). On descend sur une neige poudreuse excellente sur le glacier d’Arnes.

Lors de la descente, Baptiste nous apporte qq conseils sur la descente avec l’ouverture Stem … qui nous parle vu nos âges respectifs et sa bonne utilisation pour une descente fluide.

Retour de bonne heure pour un repos

 

 

Jour 4 piolet et …GIGN

Départ 6H 15 pour le retour à Bonneval par le glacier du Vallonet.

Jean Michel se rend compte au bout de 100 m qu’il a oublié son piolet. Il nous fait un aller-retour à une vitesse supersonique.

Montée matinale à la fraiche qui se termine avec Crampons sur les 100 derniers mètres. L’horaire ne permet pas a priori de faire l’Albaron. Encore une petite frustration pour nos 2 pros mais on repart pour une excellente descente.

Vers 2500 un petit verrou avec qq pierre interpelle le guide. Nous voilâ  partis pour descendre le long de la corde en dérapant version GIGN, mais en moins rapide !

15 h à la voiture 15 h 30 à la bière et au café pour le chauffeur

Photos 

 

Belle course avec un grand merci à Baptiste et un clin d’oeil à Guy qui n’a pas pu se joindre à nous

Le Grand Serre

Sylvie, Sophie, Olivier, Jean-François, Christine

Vendredi soir le temps n’était pas engageant mais nous ne pouvions pas laisser passer cette ultime chute de neige sans aller la gouter !!! D’autant plus que météo France annonçait une éclaircie …

Dimanche matin direction la station de l’Alpe du Grand Serre, route de montée partiellement dégagée mais nous avons un chauffeur équipé pour les routes hivernales !!! Nous chaussons au parking du hameau Le Désert après une petite activité technique d’encollage de peau.

Le temps est brumeux, visibilité moyenne mais nous trouvons par chance une trace de montée. Le paysage est digne d’un mois de décembre et le vent a laissé son empreinte.

Nous nous repérons aux pylônes des remontées mécaniques pour finalement atteindre le col (1936m). Le soleil est tout proche et nous fait des clins d’œil !!!  Une éclaircie soudaine lèvera notre hésitation entre descendre ou poursuivre la montée vers le Grand Serre.  Finalement casse croute au soleil presqu’ au sommet du Grand Serre (2086m).  Descente jusqu’à la Bergerie (1738m) en face sud dans une bonne épaisseur de poudreuse. Remontée au col pour entamer la redescente vers la station. A ce stade, la visibilité s’est grandement détériorée et le chemin de descente n’est pas très évident. Finalement nous retrouvons la piste de descente pour un ski libéré et le plaisir de laisser nos traces dans cette poudreuse pas si légère.

Nous terminons cette journée autour d’un verre à « L’Eterlou Branché» le seul bar festif de la station ouvert … et à l’année !!!

voir l’invisible

 

Col de Sarvatan et Col Roc Rouge

Antoine, Richard, Jean-François et Christine

Direction Saint-François-Longchamps pour cette fois partir sur le Col de Sarvatan.

Départ 8h (heure d’été) des Tuileaux, tout le monde est au rendez-vous !!

Il n’y a pas vraiment  foule à la station mais le parking des randonneurs est en revanche bien plein.

La montée au Col de Sarvatan se fait sur neige dure malgré une exposition plein sud et un beau soleil printanier.  Un petit vent  frais nous accompagne sur la partie supérieure, nous ne nous éterniserons pas au Col. Pas de décaillage au départ. Vers 2000m à l’abri du vent nous nous arrêtons sur des rochers pour un casse croute.  Le temps change, des nuages et peu de visibilité au loin … pourtant la météo annonçait grand beau !!!!

Il est encore tôt, la neige se transforme finalement et nous repeautons pour monter en direction de Roc Rouge.  Cette fois la descente se fait sur une moquette épaisse !!!

Encore une belle journée

Photos

Le Cheval Noir (2832m), cette fois c’est validé – 26 mars 2022

L’an dernier, partis nombreux, nous n’étions plus que trois au col de Cheval Noir… et j’avais stoppé les ardeurs de Christine et de Jean-François. Hier soir à la permanence j’ai proposé que nous réparions ça, mais ils n’étaient pas dispo aujourd’hui. En revanche, nous nous sommes trouvés 5 intéressés par l’idée (Brett, François G, Erwan, Patrick M et moi). Les Grand et Petit Renaud, un temps envisagés, attendrons ! Départ des Tuileaux fixé à 7h30 en une seule voiture.

Départ à ski à St François Longchamps vers 9h15. Après la remontée des pistes, vers le Roc Blanc (bien nommé, très reconnaissable), 3 solutions pour approcher du col :

  • à droite du R Blanc, la « directissime » pas engageante par neige encore dure et pourtant un groupe de 8 CAFistes d’Annecy l’a choisi !
  • tout de suite à gauche du R Blanc, la voie telle qu’elle figure sur la carte IGN
  • un peu plus loin à gauche par le bas de la Grande Combe

Comme dans les 3 cas on atteint le « crux » de la balade, c-à-d  une  montée bien raide sur, disons, 250m D+, nous avons sagement tous préféré la 3° solution pour ne pas nous fatiguer avant les choses plus sérieuses. Bien nous en a pris car ainsi nous avons doublé les CAFistes pourtant plus jeunes, mais ils avaient dû mettre les crampons ! Le passage délicat passait relativement bien car tracé avec une pente modérée.

Au col, un peu de vent du sud, mais assez froid quand même ! Il nous reste 300m D+ à faire et la pente finale (les 200 derniers m D+) parait soutenue mais sans plus, on y va donc résolument. Bret et moi, nous faisons doubler par les CAFistes, mais pas nos plus vaillants camarades !

Au sommet la vue est exceptionnelle mais comme il y a un peu de vent on ne fait qu’une courte pause, renvoyant le pique-nique après une partie de la descente. Sous prétexte de chercher un endroit abrité et de profiter encore un peu de la face qui a pris le soleil tôt, mes petits camarades s’entendent pour descendre 100m plus bas que le col. Nous devrons repeauter !

Après avoir pique-niqué et être remonté au col, nous passons prudemment mais sans encombres le passage clé, puis nous régalons dans la suite de la descente jusqu’à rejoindre les pistes… et un bar d’altitude (au prix d’une nouvelle dernière et courte remontée !).

Après une longue pause, nous descendons en direction de la voiture et sommes à Meylan vers 17h, je crois.

Une très belle journée.

Habert d’Aiguebelle – saison 4 – 18 au 20/03/2022

Participants

Martine B, Pierre W, Yves F, Gilles M, Yves Cluet, Eric T et Marc B

Compte-rendu par Eric

Un seul mot d’ordre : préparation, sourire et … flexibilité. Bon d’accord , ça fait 3 mais justement !
Week-end bien préparé, météo assez mauvaise, neige pas assurée … on y est allé.

Vendredi

Nuages bas, humidité pour pas dire pluie, 4 participants se décalent sur l’après-midi … les 3 autres montent en refuge puis vont se perdre dans un vallon en face sous prétexte d’aller au dessus du pas de la Coche par un itinéraire « alternatif ». Quelques ouvertures dans la broulllasse nous permettent d’avoir des aperçus mais pour le retour dans la brume, Marc suit la piste de montée avec maestria, et son sourire bien sûr.

Samedi

Grand beau, neige bien gelée, couteaux d’emblée. Martine et Gilles vont chatouiller la dent du Pra dans une pente très forte et bien dure mais on sait bien que ce n’est pas ça qui peut arrêter Martine. Au vu des difficultés de montée, ceux qui avaient renoncé et donc partaient à la cime de la Jasse étaient biens contents … de ne pas y être. En plus, à la redescente, ça n’avait pas décaillé … pas top ! Une grosse chute pour Gilles.
Les « Cime de la Jasse » eux, sont redescendus dans une très bonne neige, ont pique-niqué avec Yves-Henry qui lézardait au-dessus des lacs du Vénétier, puis se sont faits un petit Col de la Jasse en digestif. Neige bien épaisse à la redescente du col mais bien bonne sur le reste du retour au refuge.

Dimanche

On part dans le beau temps pour un doublé Bedina – Col de l’Aigleton mais les nuages rappliquent et il neigeotte même. La neige béton ne risque pas de s’assouplir. Alors, une fois encore, les plans changent … et même plusieurs fois. On décide de redescendre mais comme Yves de Fontainebleau (difficile de s’y retrouver sans ces précisions) était venu espécialement et qu’on n’est pas des « quand mêmes » , Martine, Marc et Yves finalement continuent. Gilles, Pierre et Eric redescendent en direction du refuge et prennent Yves (l’autre) un peu plus bas au passage. Mais celui-ci ne veut pas être frustré de son arrivée prévue au niveau des lacs du Vénétier. Du coup, les 3 repeautent et remontent avec lui. Sauf qu’une fois là, Gilles déclare qu’on n’a pas repeauté pour si peu, donc que l’on continue un peu en direction de la Bédina. Au bout d’un petit moment, Yves le grand, alias Yves-Henri déclare qu’il s’arrête, les 3 poussent encore un peu … et surprise, font la connexion avec les autres 3 qui étaient allés en haut et étaient en train de redescendre. Du coup, Gilles et Eric décident de continuer à monter jusqu’en haut et tous les autres se regroupent pour descendre. Devant tant de méli-mélo, le ciel a décidé de donner un coup de main et s’est ouvert pour une belle éclaircie. La neige était finalement bien bonne à la descente et on a tous mangé au refuge, puis redescendu aux voitures dans un ski cross en grandes conditions à notre grande surprise, pour une descente bien fun..

Si vous n’avez pas tout suivi, ce n’est pas grave, la prochaine fois venez au séjour :-), le sourire de Marc et sa gentillesse sont des valeurs très sures.
L’accueil au refuge était très très bien et le sourire du gardien presque aussi super que celui de Marc.
Par contre, méfiez-vous si certains d’un air innocent vous propose de jouer au « walou ». Les règles ont l’air « flexibles » (je n’ai rien trouvé sur Internet !) et ce jeu très addictif.

Séjour en Lauzière

Séjour au Logis des fées en Lauzière du 09 au 12 mars 2022

Participants, Sylvie, Christine, Nicole M., Véronique, Jean Luc , Philippe R.
Invitées : Marie Christine et Catherine en raquettes

Faute de neige dans le Queyras et sur proposition éclairée de Nicole, Le Logis des Fées nous a accueillis. Ce refuge est situé vers le col de la Madeleine à Celliers Dessus à 1839 m. Nous avons trouvé très agréable de ne pas prendre les voitures pendant 3 jours.

*Belle surprise : bon enneigement… ce fut un choix judicieux.

1er jour : Montée au refuge depuis le parking de Celliers Dessus, arrivée pour le pique-nique. Ensuite montée sur la crête du Grand Plan (2100). Dénivelé total : 800 m. Accueil très sympathique du gardien, Manu. Ce soir nous avons le refuge rien que pour nous… de ce fait 2 personnes par dortoir, le grand luxe ! Soirée autour d’un tajine.

2ème jour : Le Rognolet (2659m), col de Montartier (2611m) pour les skieurs, dénivelé : 1100m. Succession de petits vallons redressés. Pas facile de s’y retrouver, merci iPhiGenie

 Les raquetteurses ont rejoint le lac de Branlay.

Grand beau temps bien chaud, il ne fallait pas oublier l’eau ! Retour dans une neige très variable en qualité, de très mauvaise à  bonne en alternance (tous les dix mètres…).

Sieste dans les transats du refuge, tarot, scrabble en attendant le souper concocté par Manu qui s’est démené pour contenter toutes les demandes culinaires du groupe (sans gluten, végétarien, carnivores…).

3ème jour : Nous avons bien guenillé au démarrage (comme dirait Paul). Le groupe s’apprête à prendre le chemin de monter derrière le refuge, et une personne (’’que ma mère m’a interdit de nommer ici’’ comme dirait Brassens) n’a pas mis ses peaux croyant que l’on descendait comme la veille pour rejoindre le vallon (briefing un peu léger !) Puis, la fusée de tête faisait fuir un lagopède pendant qu’on perdait une personne en route…

Direction : Les portes de Montmélian (2459m) par une variante par la crête des plans pour éviter la descente verglacée qui secoue les chaussettes. Sur la crête observation d’un Grand corbeau qui course 2 chamois. Longue montée tranquille jusqu’aux portes où nous sommes accueillis par un vent violent  et froid.

Les raquetteuses nous ont rejoint aux portes,  pour elles dénivelé de 970m.

Pique-nique sur la descente avec observation de 2 aigles qui jouent avec les ascendants. Ensuite le groupe s’est scindé en 2 car certains ont encore du jus pour faire +200m.

Tout le monde est ravi de cette journée. Dernier repas gargantuesque et animé se terminant avec une petite liqueur de myrtes offerte par Manu.

4ème jour : Météo variable,  grésil au départ du refuge qui s’arrête rapidement.  Descente aux voitures sur une neige très gelée et bien traffolée avec comme objectif d’alléger les sacs pour ensuite monter au col de la Valette en passant par la cabane des Plans.

Mais une chute sur cette neige verglacée stoppe les ambitions pour la suite de la journée. Respectueux de ses engagements, le groupe n’abandonnant personne et de surcroit peu enthousiaste pour repartir décide d’en rester là sauf Philippe et Marie Christine qui partent en direction du col de la Madeleine. Finalement nous sommes 6 à être rentrés sans même pouvoir trouver un bistrot pour boire un dernier pot !

Ce texte est le fruit d’une rédaction collective le soir au refuge !!!

 

Photos du séjour

Pointe des Marmottes noires

Vendredi 04 Mars 2022 avec : Marc, Bruno, Richard et Antoine

Depuis Le Biollay 1331m, à l’extrémité Nord de la chaîne de la Lauzière.

Il y a du monde au bout de la route du hameau et les places sont rares ce matin, mais Bruno arrive à se garer au bout de la file entre la barrière et un autre véhicule.

Beau temps et chaleur un peu printanière ce jour… les 3 premiers kilomètres de route enneigée nous échauffe déjà avant l’accès à la combe Sud-Est. Nous entamons la montée de la combe et bientôt il faut zigzaguer sur la petite croupe raide pour ensuite se rapprocher de la belle ligne de crête et ses pointes que domine celle de Combe Bronsin à 2499m. Maintenant vers le nord sur un relief peu marqué, nous passons à l’aplomb du Pas de la Mule sur notre gauche, pour terminer au-delà par la montée finale à la Pointe des Marmottes noires à 2339m. Panoramique aux cent sommets visibles, ce point de vue vaut la rando même si un peu de nébulosité en atténue une partie ce jour…

La pause au sommet et brève car sur quatre, un randonneur s’est posé dans le champ de neige plus bas à espérer voir des marmottes pointer le bout de leurs nez peut-être..!? Mais elles doivent encore roupiller à cette époque…

Donc on se retrouve après quelques bons virages dans une neige bien appréciée. On repart de concert cette fois et le casse-croûte est pris encore plus bas avant le raidillon aux vernes. Après un moment passé à humer le bon air et écouter le silence des lieux nous finissons par retourner auprès du ruisseau du Villard mais bien évidemment sans y tomber et même si Rousseau ou Bertier l’avait voulu !

Les 3 kilomètres de route sont avalés et au hameau, bientôt plus d’auto..!

Pointe des Marmottes Noires

 

Grand Colon

 Erwan Bret Jean-François

1400 m

Vendredi entre les séjours en cours, les séjours à venir, voilà une permanence désertée, mais Philippe B est heureusement présent pour assurer le bazard. Il se bat … comme on le fait tous à chaque fois avec le téléphone.

On a la visite de Christine qui nous donne des nouvelles du président via qq photos de leur séjour en Géorgie.

Sans trop d’infos notamment sur Skitour sur le sorties du jour , sauf que le BERA est au plus bas ou presque …ce qui est une bonne nouvelle, on se cale sur le Grand Colon, le truc pas loin, un rien long que l’on se doit de faire mais pour lequel le Bera à 2 est un grand maximum.

Erwan propose le passage par l’épaule W qui serait la voie normale…le tout validé par Jean Michel passé chercher l’indispensable radio que tout le monde utilise … Pour une fois qu’on allait la prendre.

A noter que l’épaule W n’est qu’une des variantes pour ce mythique sommet grenoblois et qu’il en existe une plus facile.

On se cale pour 8h30 aux Tuileaux en espérant que ce ne sera pas trop … tôt pour laisser décailler la neige. Finalement cela n’aurait pas changé grand-chose.

Coté neige… ce ne sera pas la sortie de l’année, on s’est adapté en redescendant coté Merlat . Un peu de portage au départ à 9h15 de la voiture du hameau de Freydieres jusqu’au 4 chemins.

Entonnoir, épaule,   des mots qu’on entend quand on parle du Grand Colon. Quand on est dedans, on comprend bien qu’avec un Bera conséquent, le coin est à éviter. On monte tranquille , sans encombre … mais quand on arrive en haut on se dit qu’on était pas top à l’aise avec les pentes aval dans les traversées pour certains à petits pas ou dans les conversions dans le pentu et dans cette neige ni gelé , ni transformée.

Au sommet  vers 13 h , au vu de la neige qui ne se transforme pas, on  décide de faire une boucle pour rentrer : lac merlat, refuge de la Pra, lac du Crozet et … portage, chaussage , déchaussage par tronçon de cent mètres…

Belle descente à Ski au départ notamment.

Conditions météo parfaites,

conditions de neige… pas parfaites,

quantité de neige parfaite en haut

quantité de neige en forêt … loin d’être parfaite

équipe du jour , bière,  limonade , transport, vue sur Grenoble,  ambiance …. parfaites

 

Retour à la voiture 16 h 30

Devant la bière et la limonade locale à la Gelinotte, on se dit que ce coin est vraiment plein de ressources  pour plein de randos mais que son accès se mérite et que la base du refuge de la Pra est une super idée !

Page 1 of 11

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén