le ski autrement

Auteur/autrice : Jean-François Page 1 of 2

Cime de la Jasse par Pouta

 

Une petite dernière à 9 puis  8 ,  5 puis 4 , 3 , 2… et 10 au bar le3 avril

 

Christine C, Christine J, Florence, Philippe G, Pierre, Bjorn, Brett, Marc B, Paul, Jean-Francois

 

Après la morosité du discours du grand gourou national mercredi, Christine C propose de tenir toutes le permanences d’avril, c’est-à-dire celle de vendredi 2. Bonne idée et merci pour l’initiative qui fédère du monde à la permanence.

Choix rapide et consensuel de la course à la Jasse par le coté Nord. Paul,  l’expérience aidant    signale que le rafraîchissement va peut être conduire à une peu de neige dure , mais il ne le dit pas fort et on part du coup un peu tôt (pour la neige) et dans la bonne humeur  vers 7 h des Tuileaux à 8.

7H 50  départ de la voiture et çà discute déjà de la meilleur option : par les pistes du bas à l’ombre dans le trou .. ou par la piste de Clapiere lumineuse avec vue splendide  et ensoleillée. Pffff !!!

Au dessus de lac de la Jasse, il faut bien reconnaitre que le petit vent frais et l’absence de soleil rendent la neige un peu dure.

Bjorn opte pour le col de la Pouta, bientôt rejoint pas Christine J et Brett.

Le groupe de 5 passe un premier petit raidillon un peu pentu. Paul fait une petite glissade vite rattrapée  , Christine C bricole avec son bâton, Pierre ne semble pas apprécier le coin. Vers 2100 on fait un petit point au soleil. Pierre rejoint l’autre groupe.

Le soleil gagne un peu de terrain et nous incite à continuer à 4. Personne devant, ni derrière. On arrive dans le combe finale. Paul , blasé…,  qui a déjà fait la Jasse cette semaine décide de reposer son genou récalcitrant.  Nous voilà 3. Christine enchaine les conversions en pente plus raide … mais bricole encore avec son bâton et décide de s’arrêter. Marc et moi, qui avions aussi fait la cime de la Jasse la veille, conscient que nous étions les chauffeurs choisissons de s’arrêter pour un regroupement général.

Descente correcte puis très correcte au voisinage du lac . Pique nique de rigueur vers le Lac et une occasion de trinquer avec Paul pour ses septante-neuf et un vieux fond de Vulneraire apporté par Christine.

Attention Pique-nique très Covid à 2 m les uns des autres, bien alignés vu qu’on   était plus de 6 sur la voie publique .

On retrouve Florence et Philippe dans la dernière descente ; heureusement le président est là car je m’y perds dans la composition du groupe

 Bjorn nous dit que le bar à coté du télésiège propose des bières à emporter. Merci à lui et pour le pot offert à tous qui nous permet  a priori de clore dans de très  bonnes conditions  la saison comme demandé par le gourou ci-dessus nommé.

 

PS il nous reste les sorties à moins de 10 kms  mais pour la neige …

la peau de Chamechaude

Sylvie, Marc B, Richard,  Jean-François

 

Richard meneur de la permanence de mercredi   propose pour sa reprise un petit Chamechaude pour une dernière de la saison en Chartreuse. Finalement on se rend compte qu’on n’y va pas si souvent et pourtant cela reste un cadre exceptionnel à 1/4 d’heure .

  Départ des Tuileaux à 7 h 30… ce qui est bien trop tôt pour la neige un peu dure, un peu tard pour être rentré pour l’apéro,  la bonne heure pour éviter le pique nique . Personne n’est d’accord mais ne dit rien. Disons que 9- 10 h aurait été peut-être mieux

Va pour 7h 30 et du coup,  à 8 h sur les skis (tout neufs)  pour Richard, Sylvie, Iron Marc et votre serviteur.

Eh oui Marc skie 5 jours sur 7 ou presque , Hier il s’entrainait pour Belle Etoile avec coach Paul, la semaine dernière en séjour , plus rien ne l’arrête sauf peut être …

Bon on ne va pas se le cacher la neige n’était pas poudreuse mais il y avait juste le nécessaire avec les couteaux pour aller en haut en 2 petites heures et ne croisant pas grand monde. Sylvie prend le temps de saluer de loin qq chamois de sa connaissance étant une pro du coin.

On bricole et on discute entre deux tas de pierres au soleil pour dépeauter avec un vent assez fort.

Descente correcte en cherchant les endroits non trafolés (il y en a )  mais surprise on attend Marc qui d’habitude skie tout en douceur et facilité. On pense que c’est peut être ces courses répétées qui fatigueraient notre homme. Eh ben non

Arrivé quasi en bas , il se rend compte qu’il n’a enlevé qu’une des 2 peaux … et lui qui se disait que ces skis ne valaient plus rien.

Vous l’aurez compris , on ne pouvait pas ne pas faire de compte rendu de ce moment de gloire de notre champion des guenilles de la semaine.

Retour tranquille à la voiture avec  un Marc retrouvé !

 

Grand Eulier

Le Grand Eulier

 

Christine C, Patrick R, Marc B, Jean François

 

Après une réunion zoom remarquée pour Patrick … c’était une première, nous voilà partis à 5 pour le Col de la Petite Vaudaine en fin de réunion.

Au petit matin … pas si petit car il est 7h30, nous voila partis des Tuileaux à 3 finalement et on récupère au passage Christine pour se garer à Casserousse.

Là, plein de neige pour partir de la voiture, eh oui !

Bon il fallait bien une guenille… ce fut moi qui avait laissé ses bâtons aux Tuileaux bien rangés dans le coffre à Meylan. Mais à MSR il y a de la ressource. Grâce à la gentillesse de Marc et Christine, un petit aller-retour chez Christine pour récupérer des bâtons. Autant vous dire que je me suis fait discret.

Belle montée qui passe partout sans déchausser par le lac des pourettes et la brèche nord. Au vu de la mauvaise qualité de la neige, on hésite et on se limitera au Grand Eulier pour redescendre par la face est vers 11h. Belle descente.

On confirme qu’on en restera là, le soleil est plus généreux que la veille mais   peine à traverser le brouillard de sable et ne réchauffe pas pour assez éviter une neige dure . On le vérifie en remontant la piste des lacs Robert.

Le bon plan quand tu vas à Chamrousse c’est que tu y croises toujours quelqu’un. Catherine et Jean Michel arrivent alors qu’on dépeaute. Sympa de les croiser.

La descente par l’olympique dames s’avère excellente du haut jusqu’en bas … parfois le damage a du bon.

Par la rando du siècle, personne du début à la fin, un bon moment qui s’est terminé par une bière…. La première de l’année (après une rando …) sur le balcon de Christine, où j’ai pu clôturer ma location de bâtons.

 

Ps les bâtons étaient un petit peu courts … mais bon on ne va pas de plaindre !

Photos

http://xn--meylan-ski-de-randonnes-vcc.fr/galerie-photos/belledonne/nggallery/belledonne/le-grand-eulier

 

 

col de la Perrière

Carine Sylvie Paul François Richard Jean-François 28 février

Vous connaissez MSR et bien il y a aussi MSR, le Motor Snow Road

Après hésitation, suite aux très attendues chutes de neige entre le Vercors et Belledonne, la raison nous emmène au col de la Perrière dans le Nord Belledonne ce vendredi.

Aux Tuileaux à 7h15… heure de compromis, on se retrouve à 6. Paul et Carine les experts du jour proposent d’aller sur place avec des 4 roues motrices pour, au besoin, s’avancer sur la route de Val Pelouse.

Le grand raid commence avec un gros fourgon de gendarmerie bleu …  pour la couverture et une toute petite Suzuki.

On fait les malins en passant devant Marc et ses fils partis dans le coin finalement garés dans une épingle. On s’excuse d’avance auprès de lui, ne s’étant pas arrêté.  En effet, au bout du compte on fera 4 à 5 kms de route bien chaotiques mais dans le style rallye neige et glace. Paul nous dira à la descente que la banquette arrière de la Suzuki était un peu raide.

Encadrés par deux experts du CAF, l’un de Romans, l’autre de Grenoble la journée est marquée par un brin de professionnalisme.

On remonte depuis la route en partant de 1240 m pour rejoindre les pistes puis au col de la Perrière avec certes de la neige, mais vraiment pas terrible qui a dû recevoir de la pluie en fin de chute. Depuis le col on descend la combe de l’Arbet Neuf jusqu’au pied du col de la Perche dans un excellente neige poudreuse. Une petite chute ou deux   rafraichissent les idées de certains. Du bon ski pour tous!

Après tergiversation, on commence à remonter vers le col de la Perche mais en ces lendemains de risque 4, au bout de 100 m de dénivelé on fait demi-tour   dans une pente à la limite des 30 et avec un gros sel en milieu de combe peu engageant.

On remonte les 400 m de la très jolie combe de l’Arbet pour aller casser une croute bien méritée au sommet des pistes de Val Pelouse. Un raquetteur étrange nous fait un bout de conversation … qu’il avait déjà fait la semaine précédente à Carine au même endroit.

Descente de ce coté par la mauvaise neige du matin … qui s’avère une mauvaise neige de l’après midi puis sur la route.

Retour et café sur Allevard avec un soleil toujours printanier !

qq photos issues du telephone

col des pointes de la Porte d Eglise

 

22 février

Liz, Bruno, Serge, Erwan, Jean-François

Soirée de grande perplexité vendredi pour savoir ou aller sans trop rouler, avoir quand même un peu de neige. Pour le soleil pas de souci, c’est une valeur sûre en ce mois de février.

Un groupe se décide pour les Vans, un autre prend le risque de partir du Gleizin pour le col des pointes de la porte d’Eglise.

Pas de Marc pour le compte rendu… mais toujours Bruno pour les photos et un revenant Serge qui se souvient avoir adhéré pour la saison … On est content de le retrouver et il est comme toujours en pleine forme. Liz, qui commence à connaitre toutes les Alpes, n’est pas encore allée  dans la vallée du Bréda.

Arrivé à 8h 30 au parking de la Bourgeat Noire, un peu de monde mais pas la foule habituelle , quelques personnes nous semblent affutées. On pourra le vérifier au sommet.

Pour l’ambiance, c’est plutôt estival et on n’est pas tenté de chausser, pas de neige du tout. Au retour on croisera un couple en short -débardeur…

Partir de 1090 m dans Belledonne en février en ski, un souvenir du siècle dernier.  200 m de dénivelé sans neige ; ensuite on chausse en sortie de forêt. Peu de neige mais suffisant à la montée comme à la descente. L’avalanche « habituelle « est bien tombée gentiment dans son couloir aménagé. On se faufile sans problème jusqu’au refuge dans une bonne neige qui ne nécessite même pas les couteaux.

Au début on retrouve bien les 7 cm annoncés de jeudi puis plutôt 20 25 au-dessus du refuge.

On suit au départ la trace de 2 gars partis faire la pointe Comberousse qui étaient passés comme des fusées vers le refuge. Il faut bien le dire, ils ne devaient pas avoir pain-saucisson ou murson dans le sac ces « collants pipettes ». Un peu raide cette trace … quand même.

Erwan prend les choses   en main et fait une belle trace jusqu‘en haut. Nous sommes les premiers dans le coin, le petit plus du jour. Arrivée groupée au col à 2500 m tout juste, vers 12 h 30.

Le temps de casser la croute, on voit arriver nos voisins de parking qui nous remercient pour la trace.  Il faut avouer   qu’ils avaient entre temps fait le col du Gleizin… on se disait bien qu’on ne se souvenait pas les avoir doublés.

Une descente exceptionnelle avec de la poudre bien froide et pour certains râleurs de (tout)  petits passages très légèrement plus lourds.

Une petite marche pour atteindre la voiture et un pot à coté de la porte de l’église d’Allevard comme il se doit .

Promis il y aura des photos: les voilà.  Ce coin du Gleizin est vraiment sympa

 

 

3 EVECHES

 A quelques spatules du Col de 3 évêchés

Paul, Philippe G, Marc B, Bruno, Richard, Jean- François – 14 février

Comme souvent la météo s’annonce excellente du côté du Lautaret. Va pour le coin des 3 évêchés, merci Paul.

En arrivant à Vizille, quand on voit le panneau lumineux « Col du Lautaret équipements spéciaux obligatoires », on se dit que la neige des derniers jours est là … Vu sur place, on s’interroge .

Un vent violent, plutôt nord, mais comme on est en 2020    et que l’hiver n’est plus ce qu’il était …. Il ne fait   pas froid et ce même en février.

Le démarrage se fait sur une neige dure, voire très dure en alternance avec quelques plaques de neige fraiche.

A partir de la route du Galibier ce sera neige fraiche entre   100 à 150 …mm

La montée se fait derrière  Bruno qui tracera tout le long d’un pas fort dynamique, tout en prenant des photos bien sûr.

Vu les pentes totalement vierges et l’absence de compagnons de route on décide de s’arrêter au col des 3 évêchés, malgré une petite corniche au sommet.

A en gros 50 mètres du sommet, on fait un petit arrêt dans une zone avec une forte accumulation due au vent. Là on se souvient des informations ou formations ou lectures de chacun sur les risques pour se méfier. La neige est exceptionnelle et pourtant !

On hésite, Bruno fait 15 mètres, Richard 12 et moi (jean François) 2 mètres dans le sens de la marche et 2 mètres à la verticale dans un trou. Skis au pied au fond, je décide de déchausser c’est plus simple! il ne fait pas bon être plus lourd que les autres .

Il se vérifie que nous sommes dans une zone de forte accumulation. Décision collégiale de s’arrêter là.

Une descente exceptionnelle en poudreuse vierge avec chacun sa trace nous attend,  sauf à la fin sur 10% du parcours, glacé sur le bas. On n’a même pas pris le temps de manger en route. Ce sera fait à la voiture avec un petit tour au bar du col.

Et là, quand tu bois un verre de lait et que tu es déjà passé la semaine précédente le patron te reconnait !

Un peu loin ce Lautaret,  mais il fallait bien çà pour avoir de la neige

Bientôt les photos ici: c’est pas trop tôt !

Col de la Lavoire

Col de la Lavoire… enfin dans le coin

Du monde à la permanence du mercredi 5. Une option proposée par Paul au col de la Lavoire (Belledonne coté Maurienne)

Départ matinal 7 H aux Tuileaux    Paul J Jean-Michel Patrick M Bruno Jean François

Allez finalement ce n’est pas si loin, une grosse heure, le temps de se préparer et démarrage à 8 h 40 de la voiture … toute seule au parking du pont du Merlet

Une montée à ski dès le parking sur le chemin qui est …le seul endroit enneigé du coin. Le tout s’arrange très vite et on peut dire que c’est vers 1300 m qu’on trouve assez de neige

Le cheminement tout au long du long vallon du Merlet est une alternance de bonne neige et de plaque de neige verglacée.

Sans surprise, Jean Michel nous fait la trace et ce jusqu’en haut … un grand merci. On croise un seul randonneur à la montée, un vieux savoyard qui nous rappelle que le col du Merlet permettait aux Savoyards pauvres d’aller vers cette riche Isère pour commercer…. Drôle de raccourci quand même pour atterrir à Pinsot !

Bruno nous bricole un truc de fou vu que sa peau de fait la malle depuis l’avant … Notre roi du bricolage arrive à fixer le tout pour aller jusqu’en haut.

A partir des chalets de la Loze super neige jusqu’au col … ou du moins un col que nous pensons après longue concertation être le col de la Lavoire. On pense ne pas avoir fait le bon mais l’environnement et la neige nous a conduit à choisir le meilleur … formation DVA oblige !

On dépeaute et on entame une super descente. On y croise du monde … une peu jaloux que nous labourions le terrain… et ben ils n’avaient qu’à se lever un peu plus tôt ces jeunes guenilles.

Excellente jusqu’aux chalets, où on casse la croute la descente s’avère bonne dans l’ensemble.

On se sépare à la passerelle du Merlet 2 passent par le chemin de montée avec 100 m à pied sur la fin, 3 passent par la passerelle du merlet qui s’avère un bon choix également.

Vers 15 h on boit un coup à Saint Etienne de Cuynes. Retour vers 16 h30 aux Tuileaux

On attend la neige à basse altitude …non de non

voilà enfin les photos

le petit et le grand Arc

Foule aux Arcs

Du monde à la permanence de vendredi, et entre les séjours, la soirée pleine lune

On y entend parler du petit Arc pour dimanche.

 3 … 5 … 8… 12  et nous voilà 15 à partir des Tuileaux à 8 h par une belle journée.

Un groupe sérieux …. qui prend  la radio eh oui, bravo Patrick

Lize, Carine, Catherine, Christine J,  Aline, Guy, Paul J, Jean-Pierre, Philippe D, Jean-Luc, Jean-Michel, François,  Patrick R, Richard, Jean-Francois

Première de Lize , direct from the Washington state… welcome

On arrive à se caser dans 3 voitures, bel effort !

A 9 h le dimanche à Tieulever, il y avait un peu de monde pour se garer mais on s’en sort plutôt bien. L’ambiance restera détendue dans tous les groupes rencontrés tout au long de la journée.

D’autorité …   on part sur 2 groupes vers 9h 30, l’un pour le petit Arc, l’autre pour le grand Arc. Malgré une organisation sans faille on se sépare au départ en 8/7 puis 6/9 puis 7/9 puis…finalement 6/9.

Un passage en forêt agréable, un peu de monde ensuite dans les premières conversions, une montée qui ne nécessite pas les couteaux et ce jusqu’en haut.

Pour le grand Arc on s’arrête pour 4 d’entre nous à 50 m du sommet pour le casse-croute . A défaut de prendre un café après le repas on fait un aller-retour à pied au sommet et profiter de la table d’orientation pas ventée mais vantée par Jean-Michel et qui est parfaite et dans un cadre exceptionnel.

Belle descente jusqu’à la foret malgré l’absence de chute de neige depuis si longtemps.

Retour vers 15 h à la voiture …   pas possible de boire un coup à Monsapey au vu du monde et de l’incapacité du tenancier local à faire face à l’affluence du jour.

On se retrouve tous à Aiguebelle dans un bar PMU bien local où chocolat chaud ou  Perrier tiennent lieu de boissons exotiques.

Grand Rocher

Jeudi 12 décembre 2019

Catherine, Sylvie, Carine, Paul , Philippe G, Bruno, Marc B, Jean-luc, Cheick, Jean- Francois

Niveau de neige incertain à basse altitude,    BRA pas encore disponible, Chamrousse ouvert, du coup  la proposition du Grand Rocher fait l’unanimité pour une sortie annoncée sous le soleil.

Départ du Pré de l’eau à 8 h 30. Le parking est en travaux et en semaine il y a du monde dans ce coin.

A partir du col du Barioz, la route est fraichement dégagée jusqu’au foyer de ski de fond  (qui semble ouvrir cette fin de semaine). Ce sera le point de départ. Un départ du col n’est pas possible faute de neige.

Après… que du bonheur entre soleil généreux , sapins sous le soleil à la montée, vue imprenable , neige fraiche entre 20 et 40 cm .

Il y a bien sur l’épreuve de début de saison du dépeautage –  repeautage pour les gourmands que nous sommes de vouloir profiter de faire sa trace en dessous du grand Rocher. Quelques péripéties dans le groupe pour cet exercice … çà sent le début de saison. Mais il convient de rappeler que les peaux c’est sous les 2 skis et qu’elles sont utilisées pour toutes les montées.

On peut  a priori ranger les skis cailloux !

Cette descente en groupe à faire sa trace … super. 2 fois c’était un minimum.

Le temps d’un pique nique et retour aux voitures vers 14 h

voir les photos

Petit Van

 

Aline Philippe Richard Jean-François

 

Au secours de Richard en cette fin de semaine, nous avons répondu à son appel à prendre l’air entre 2 nuages …bien persistants en ce moment .

Un timing serré pour ceux qui bossent et doivent être au top pour 14 h au boulot…

Départ 7 h des Tuileaux pour la croix et probablement les Vans.

Pas très engageant à Casserousse coté neige, du coup départ de Recoin skis au pied, qq randonneurs,  10 tout au plus. Pas de regel mais une petite chute nocturne à partir de 1800 m

Descente par la piste des lacs Roberts, et choix du petit Van pour profiter …eh oui de la poudreuse de la nuit sur les 400 m de descente jusqu’au col de Leyssine.

Retour à la Croix par   les lacs Roberts au vu du brouillard,

Descente sur la piste  très bonne au début, un rien lourde au milieu, bien tassée en bas … finalement pas si mal.

Le tout pour un retour à la voiture à 12 h 05 ; soit il faut bien le reconnaitre  5 minutes de retard  …

Mélange de nuages légers,   de soleil, de paysages de Belledonne  très enneigés permettant des tests photographiques pour le nouveau tel d’Aline.

 

massif de Belledonne – Meylan ski de rando

No Description

 

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén