le ski autrement

Auteur/autrice : Antoine-Lugiez

Cîme de la Jasse 02/04/21

Marc B.and Björn, Eric T., Richard St L., Antoine L.,

Guest stars : Jean-François and Co.

La veille, Paul ayant fêté son anniversaire en partant faire la Cime de la Jasse avec 3 charmantes personnes, 
il y avait une session de rattrapage ce vendredi. 
 
Sous le pilotage attentionné de Marc, nous voilà partis à 7h50 des voitures. 
 
Nous ? Nous ! c’est à dire 5 hommes …. donc en plus de notre vénéré organisateur – chauffeur – berger : 
  • Antoine qui comme son saint patron expérimentera le désert en partant loin devant, la pénitence car il a oublié ses couteaux et la tentation en voyant les nôtres. Heureusement qu’il était bien connecté avec le ciel du téléphone pour nous permettre une synchro avec Bjorn
  • Eric, qui trop gourmand repoussera trop longtemps de mettre les couteaux, devra plonger pour récupérer son sac (une pensée pour Guy) et  partira un peu dans la pente pour finir défiguré … du coude … par la neige dure.
  • Richard, coeur de lion qui se porta au secours de son petit camarade en difficulté. 
  • Bjorn, qui entre envie, volonté et problèmes de santé en a un peu bavé pour atteindre les lacs du Vénétier et que du coup on a un peu raté en redescendant. C’est la où St Antoine nous fut précieux !
C’est tout ? Non, car encore et toujours, il y a des surprises dans les sorties MSR.
Nous sommes arrivés au parking le matin en même temps que Jean-François, accompagné de sa fille et de son copain. 
Du coup, nous avons plus ou moins fait montée commune, pour notre plus grand plaisir bien sûr. 
 
Ah au fait, beau temps; neige bonne en haut et en bas, skiable au milieu; belle vue et ski cross en plutôt bon état.

Cordialement, Eric Trouvé

Photos : Cime de la jasse Avril 2021

Raid dans les Cerces depuis le Pont de l’Alpe.

Bernard Deshières, Guy Lamy, Patrick Morel, Jean-Michel Veuillen et Antoine Lugiez

Jour 1, dimanche 7 mars : du Pont de l’Alpe au refuge Laval (Clarée) par le col des Béraudes.

Départ de Meylan sous les gouttes vers 7h et passage du Lautaret sous une pluie s’atténuant puis arrivée au parking du Pont de l’Alpe sous quelques flocons, le ciel promet du bleu vers où l’on va et c’est tant mieux. Les skis aux pieds vers 9h et c’est parti pour une longue montée au début entre Aiguillette du Lauzet à droite et un peu plus haut les Arêtes de la Bruyère à gauche dans le vallon du torrent du Rif. On arrive au pied du col des Béraudes dont les derniers mètres sont gravi avec les crampons car pentus et la neige trafollée n’arrange rien. Le col à 2870m vers 13h. Puis après une petite pause on décide de descendre sur le lac des Béraudes à 2500m, les premiers mètres raides passant à ski ; la variante de franchissement de la crête de Moutouze à 2726m plus au nord est abandonnée à la vue des conditions de neige pas terrible ; nous continuerons à descendre jusqu’à passer la Clarée sur le pont du Moutet puis au refuge Laval à 2030m atteint vers 15h. De son côté Patrick sera monté depuis Névache par la piste enneigée et nous rejoindra un peu plus tard. Au soir le refuge est occupé par 3 groupes de 5 à 10 personnes logés chacun dans son dortoir. Après une bonne douche et un chargeur de IPhone subtilisé la bière puis le repas réconfortent tout le monde !

Jour 2, lundi 8 mars : du refuge Laval au rifugio Terzo Alpini par le Mont Thabor.

Petit dèj’ à 6h30 et départ 1h plus tard. Il est tombé 7 bons centimètres de neige poudreuse la veille pendant le dîner et cela permet de mieux glisser avec la vieille neige sableuse en dessous. Le ciel est bleu limpide et d’ici peu le soleil réchauffera l’atmosphère. Nous remontons la vallée de la Clarée et, un peu avant le refuge des Drayères vers 8h30, bifurquons sur la droite au NE en direction des lacs de la Madeleine vers 2630m. On se mélange un peu les spatules sur le choix de la route mais elles nous mènent bien au premier col de la matinée, le col de Névache à 2794m, passé vers midi.  S’en suit une petite descente et une traversée montante vers le NE sous la Roche du Chardonnet et le col de Valmeinier  jusqu’au col de la Chapelle à 2954m. La suite consiste à atteindre le dernier tronçon de l’épaule NE du Mont Thabor par un point à 3062m, atteint en traversée montante et tournante dans le haut d’un vallon « sauvage » bordé de part et d’autre de belles crêtes rocheuses. La chapelle est passée vers 13h30 -n’ayant pas emporté de sac de ciment nous ne nous engageront pas dans sa restauration..!  Nous allons plutôt casser la croûte au sommet du Mont Thabor à 3178m atteint vers 14h sous un magnifique soleil et sans vent. Deux autres randonneurs lyonnais nous y rejoindrons. La descente se fera par le beau vallon qualifié par Bernard de « sauvage » depuis qu’il l’a descendu quelques années auparavant. La neige y sera très agréable à skier, les quelques centimètres tombés la veille sur fond portant parfaits ! Et cela jusque vers le lac Blanc situé à 2615m soit plus de 500m de dénivelé depuis le sommet. On continuera la descente jusqu’au niveau du Clôt Solide situé vers 2200m en cherchant un peu cette fois à éviter les zone dégarnies. Puis le reste de l’itinéraire en partie en forêt et au mieux jusqu’au rifugio Terzo Alpini dans la Vallée Etroite à 1780m vers 16h. Fin de journée très agréable dans ce refuge tenu par Riccardo et Anna dont nous honorons la cuisine en ne laissant pas une miette des différents bons plats servis (apéro offert et ses amuses-bouche, polenta con carne, fromage et douceur d’une panna cotta pour finir..!).

Jour 3, mardi 9 mars : du refuge Terzo Alpini en Vallée Etroite à Névache en Clarée par le col du Vallon.

On ne change pas l’horaire du petit dèj’ et vers 7h30, ski aux pieds, ce matin dans 3cm de fraîche, on reprend la direction du haut de la vallée bordée à droite par  la succession des pointes Gaspard, Melchior et Balthazar. Rendus au pont de la Fonderie vers 1900m il faut grimper le ressaut menant au Clôt Solide vers 2200m par la Maison des Chamois. La montée au col du Vallon à 2645m sera par moment fraîche et en partie à l’ombre. Une fois rendus au col et, à la vue de l’itinéraire menant en AR au Pic du Lac Blanc à 2980m par une croupe un peu dégarnie par le vent, nous décidons de supprimer cette variante du programme. Aussi nous devons être à Névache pour 14h. Il est environ 10h30 quand nous commençons la longue descente du vallon du Vallon (si si !) en direction de la vallée de la Clarée et Névache à 1600m.  Les différents Rochers de la Miglia et de la Paria qui bordent le haut du vallon sur notre gauche sont très beaux. On profitera de la table extérieure de la cabane « au bon air » (chalets du vallon) vers 2170m située au pied du col de l’Etroit du Vallon pour casser une bonne graine au soleil vers 11h 30/midi. Au loin, plus bas vers la chapelle St Michel on aperçoit un petits groupe de randonneurs (qui s’avèreront à raquettes). Il est temps de rejoindre la vallée et en dessous de 2000m il faut commencer à porter les ski dans cette orientation SSO. Nous arrivons pour 14 h comme nous le souhaitions puisque Patrick reprend la route vers Meylan avec Bernard et Guy.  Patrick nous fait la bonne surprise en sortant de  son coffre de voiture un fameux cidre qui étanchera notre soif ! Jean-Michel et moi restons  à Névache et pour une journée de randonnée supplémentaire le lendemain. L’auberge « la Découverte » dans la ville Basse sera notre hébergement. L’après-midi nous flânerons un peu avec les touristes, skieurs de fond et autres humains masqués déambulant dans Névache de chapelles en église et aussi la boulangerie tenue par Alexandre à qui j’ai rendu une petite visite, non pas pour ses gâteaux mais pour prendre des nouvelle du boulanger et de la moto que je lui ai vendu 2 ans auparavant (il en profite bien puisqu’elle l’a mené au bord de la mer Noire cet automne). A 16h l’auberge ouvre et nous y dînerons à 19h confinés dans la petite chambre…le repas était très bon. 

Jour 4, mercredi 10 mars : de Névache au Pont de l’Alpe par le col du Chardonnet.

Lever et petit dèj’ un peu plus tard, 7h-7h30 pour commencer la longue remontée de la vallée de la Clarée en grande partie par la route ponctuée de 5-6 chapelles jusqu’au pont de la Souchère à 1816m. Franchie la Clarée nous rentrons dans la forêt bien enneigée sur ce versant NE et nous suivons approximativement le GR 57 jusqu’à atteindre le niveau 2250m au-dessus du refuge du Chardonnet. Un peu plus haut un groupe de randonneur se dirige vers le col du raisin. Nous sortons le GPS pour s’assurer de la bonne direction à prendre dans cet espace aux reliefs variés. Arrivés au Télénivomètre vers 2450m la suite nous rapproche du col du Chardonnet, et en cours de route nous choisissons de nous y rendre plutôt que de gravir la crête sur la gauche qui mène au col de l’Aigillette et permet de descendre par des pentes moins soutenues. Au col du Chardonnet Sud à 2638m et après avoir grignoté une bricole, le début de la descente apparaît un peu raide et aussi quelques cailloux affleurent…Bon, ça fini par passer et la neige est aussi bonne par là. Les derniers virages s’enchaînent et puis nous voilà rendu à l’Alpe du Lauzet à 1951m où la neige est maintenant un peu ramolli. La fin se passe avec un petit peu de marche et du border-cross final dans le chemin menant au parking, il est un peu plus de 15h. La route au soleil pour le retour à Meylan. Nous avons eu 4 belles journées de ski dans les paysages magnifiques entre les vallées de la Guisane, de la Clarée et de la Vallée Etroite. Malgré la difficulté pour trouver des hébergements ouverts en cette période difficile on peut dire que ce séjour itinérant est une réussite !       Merci aux compagnons !     

Belles vues par là !

et par ici !
                                               

                        

 

 

Tour vers la Grande lance de Domène

Vendredi 26 février 2021

Bruno Plattard et Antoine Lugiez

Départ vers 8h depuis les Granges de Freydières 1132m montée à pied faute de neige jusqu’à l’altitude 1700m à la sortie de la forêt. Montée au niveau du lac du Crozet 1986m puis montée au NO vers le lac du Loup à 2250m puis au col au dessus à 2399m. Traversée NO descendante d’environ 60 m avec les peaux dans de la neige portante et parfois poudreuse tassée s’effondrant et un peu casse-gueule avec la vitesse…jusqu’au pied du raidillon SE de 100m en S4 et donnant accès vers 2450m au pied du glacier de la Sitre (sous la neige). Arrivés là, on cause sur la suite de la rando et le choix initial de faire du ski dans la grande combe NO est abandonné à la vue de la qualité de la neige rencontrée ainsi que la belle trace récente menant au SO à l’épaule O de la Grande lance. On vise donc l’épaule à 2680m en suivant les zig et zag dans de la neige tip top. Les derniers mètres à pied sur l’arête jusqu’à l’aire de pic nic au soleil et un poil de zéfir ! On visualise bien la suite tout en descente dans de la bonne neige décaillée en tirant à droite SO au début pour éviter la barre en contre-bas puis un peu plein S et SO  jusqu’à 2200m  au N du col de la Pra, la neige se ramollit aussi, et puis retour sur la lac du Crozet au NO. Après, retour dans la forêt et portage jusqu’au parking vers 15h40.      Très chouette tour que je souhaitais réaliser depuis un certain temps déjà et que Paul J. et Patrick R. avaient fait il y a quelques années, aujourd’hui l’occasion à refait le larron !                                                                              Photos : Tour vers la Grande Lance

Antoine

 

Col de la Charrat 2884m, par le lac du Goléon

Dimanche 15 Mars

Guy, Richard, Bruno et Antoine

Départ de Meylan vers 7h30 pour le hameau des Hières, au dessus de la Grave,  atteint un peu avant 9h . Le soleil est bien là et la crème est nécessaire. Départ à pied skis sur les sacs sur une distance d’environ 500m avant de chausser.  Environ 1h30 après nous passons le hameau de Valfroide encore ensommeillé de l’hiver et en partie sous la neige, mais le soleil donne… En continuant NE on n’oublie pas de se retourner pour contempler le massif de la Meije et le Rateau. Ensuite, après avoir gravi avec les couteaux les 350m du verrou sous le lac du Goléon, nous arrivons juste sous le refuge à 2440m vers 12h20. De là on peut visualiser parfaitement vers le SE la montée au col de la Charrat-2884m- et la belle trace récente qui y mène. Après une pause pour s’hydrater et nommer les sommets alentour avec entre autres l’Aiguille du Goléon 3427m au NO et les Aiguilles d’Arves plus au N, on se dirige au SE vers le pied de la pente d’environ 450m qui nous mènera au col/au but. Sur la trace datant de 2 ou 3 jours, et un peu au loin, deux personnes devant nous. La pente se redresse pour les deux derniers tiers mais la trace excellente et la qualité du manteau neigeux ne nous obligent pas à utiliser les couteaux et c’est vers 13h50 que nous arrivons au col à 2884 mètres. Il se situe sur l’arête émanant du Pic des Trois Evêchés qui culmine à 3116 mètres au SE. Le panorama de part et d’autre du col est bien beau, nous cassons la croûte.  Nos deux prédécesseurs redescendus, c’est à notre tour et on opte tout comme eux pour les pentes « sur la gauche ». La neige y est bien bonne, une petite couche encore poudreuse sur fond dur. Le bas du vallon au niveau du torrent du Maurian est vite atteint, la pente s’aplatit franchement, la neige y est transformée avant le passage du hameau de Valfroide vers 1850 mètres. De retour sur Les Hières nous devisons sur la possibilité de trouver un troquet d’ouvert sur la route du retour…hélas, en cet après-midi de dimanche point de Corona tu ne boiras, seul le virus te soûlera…!  Prenez soin de vous. Antoine.

Photos Col de la Charrat

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén