Meylan ski de rando

le ski autrement

Séjour Saint-Colomban-Des-Villards du 6 au 8 mars 2020

Avec Carine, Catherine, Christine, Sylvie, François, Gilles, Guéric et Paul (on a la parité !)

1er jour – Croix de Triandou (écrit par Carine)

On se retrouve tous à l’heure annoncée au péage de Crolles pour prendre la direction de la vallée des Villards. Pour certains d’entre nous, c’est une première et on est heureux de découvrir certains de ces vallons aux noms enchanteurs (Merlet, Tepey, Mont Rond…)
La veille, François et Carine ont travaillé Paul au corps pour changer la destination. Ainsi, au lieu de randonner au fond d’un vallon étroit soumis aux aléas des avalanches et purges annoncées par Météo France, nous monterons vers la Croix de Triandou (ou presque). Montée magique dans la forêt toute blanche en suivant la trace (parfois un peu raide) de gars du coin qui connaissent chaque tronc, souche, replat pour nous emmener. On croise beaucoup de traces d’animaux et on aura la chance de voir un chamois qui a beaucoup de mal à se déplacer dans toute cette neige. Au sommet (pour nous), Guéric ne voudra pas se défaire d’un de ses skis et va se démener pour s’asseoir, se relever (plus dur). Nos traceurs du jour ont continué vers d’autres sommets et ne nous ont pas laissé le mode d’emploi pour descendre. On envoie des éclaireurs à droite, à gauche, on se retrouve toujours (ouf). Une vraie trace de sanglier ! Les 2 derniers kms se feront sagement sur la route forestière.
On arrive à l’auberge et là, on découvre, non pas nos chambres mais nos appartements grand luxe avec cuisine. Nos hôtes sont charmants.

Photos Catherine

2e jour – Replat sans nom (écrit par Christine)

Ce matin, le temps n’est pas très engageant, les nuages masquent les sommets et quelques petits flocons virevoltent. Notre aubergiste nous précise qu’il n’y a rien de méchant, ça va se lever.
Nos chauffeurs nous conduisent au hameau de Valmaure (1205m) d’où nous chaussons à partir du parking. Direction la Combe du Tepey. La petite neige tombée pendant la nuit et les nuages masquant les sommets assurent une ambiance hivernale bien que la température ne soit pas extrême
Rapidement après, le village du Tepey à notre gauche, quelques chalets en hibernation inoccupés même pendant les vacances !! Faut dire qu’ils ne sont pas très faciles d’accès !!! Nous passons donc notre chemin et rapidement après le village le ciel se dégage laissant apparaître les sommets du fond de la vallée illuminés sous un soleil radieux que nous conserverons tout au long de la randonnée.
On avance, on avance dans le fond de cette combe mais le dénivelé progresse lentement, et ce jusqu’au lieu – dit La Pierre Barme (1766m). Nous quittons la Combe du Tepey pour suivre la Combe de Malvas et continuons notre progression en direction du Passage Brabant. Nous restons plutôt dans le fond du vallon pour éviter les éventuelles coulées de neiges. A présent, le neige est vierge de toutes traces et François nous fait une belle trace toute en douceur en suivant plus ou moins les indications de Paul. Rassemblement au niveau d’un replat (2250m), la question se pose : on continue ou on s’arrête là. La majorité l’emportant, nous resterons là pour le pique-nique durant lequel nous décrétons « qu’avec Paul Jullien tout est bien « mais « Avec Quéric, il y a toujours un hic « !! (voir randonnée de la veille)
Nous entamons la descente dans une neige poudreuse où chacun avec style peut laisser sa trace
Quel bonheur cette neige, ce qui conduit François à poser la question : des amateurs pour remonter ? Il est encore tôt !! Pas de volontaires …
Le retour dans la Combe du Tepey marque le changement de neige plus lourde qui s’est réchauffée au soleil durant la journée. Celui-ci a aussi découvert quelques ruisseaux initialement enfouis entraînant des franchissements un peu scabreux. Des plaques de neiges sont également parties, laissant apparaître des zones d’herbes pour le plus grand bonheur des chamois, Catherine en dénombrera 26.
Cette rando se clôture par le fidèle pot sur une terrasse au pied des pistes de Saint-Colomban !!!
L’unique épicerie de produits locaux du coin sera le prétexte pour la dernière sortie de fin d’après-midi où par petits groupes on s’y croisera. Ainsi s’achève cette belle journée !!!

Photos François

Photos Catherine

3e jour – Col sans nom (écrit par Gilles)

La petite troupe, toujours au complet et plus vaillante que jamais fait preuve d’une motivation exceptionnelle, attestée dès le petit déjeuner par le nombre de tartines englouties. L’évocation d’ampoules douloureuses et des moyens de les éviter a un peu meublé la conversation mais chacun était déjà concentré sur l’objectif du jour, «le point 2345». Quand on sait que Belledonne regorge de sommets et de cols avec des noms qui sonnent bien et même, parfois, qui en jettent, cet objectif-là pouvait paraître un peu fade, voire décourageant. Si les anciens n’avaient pas jugé bon de le nommer, c’est qu’il ne devait guère présenter d’intérêt et seul l’IGN l’avait sauvé d’un complet anonymat.
Mais notre confiance absolue dans notre Grand Leader nous laissait penser malgré tout que, s’Il l’avait choisi, ça devait quand même valoir le coup. C’est en tout cas ce que chacun ruminait en son for intérieur dans la rude montée de la forêt conduisant à la combe de Mont Rond. Trois ou quatre prédécesseurs nous avaient fait une jolie trace nous permettant de ne pas nous perdre et de conserver le meilleur itinéraire. L’objectif s’est dévoilé à la sortie de la forêt en même temps que la cime du Sambuis, proche voisin de notre sommet du jour mais trop haut, trop loin au vu de la chaleur ambiante et de la neige déjà bien ramollie. François, qui s’ennuyait jusque-là, a eu le plaisir de se mettre à la trace – un grand merci à lui. L’objectif du jour était atteint vers 12h30 et finalement baptisé « col sans nom » par le collectif inspiré, entre la poire et le fromage lors du pique-nique sommital.
La descente en neige transfo bien skiante, parfois poudreuse sur les côtés, fut un régal jusqu’aux chalets de Mont Rond. Pour la suite, notre GL sut se transformer en sanglier pour nous trouver les meilleurs passages dans une forêt dont la pente ne s’était pas adoucie depuis notre montée matinale. Retour à la voiture sans bosse, genou tordu, ni autre désagrément accompagnant parfois les fins de rando.

Photos François

Photos Catherine

Précédent

col de la Perrière

Suivant

Col de la Charrat 2884m, par le lac du Goléon

  1. Marc Bertier

    Bravo à toute l’équipe ! Votre persévérance a été récompensée : les conditions météo et nivo ont été moins moches qu’on pouvait craindre, tant mieux pour vous.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén